Mises à jour de octobre, 2011 Activer/désactiver les fils de commentaires | Raccourcis clavier

  • Alf Raza 15 h 12 min le 15 October 2011 Permalien | Réponse  

    Amendement honorable ou … reconnaissance de culpabilité ? 

    (du 30 SEP 2011)
    Une nouvelle qui aurait dû passer pour anodine mais qui revêt un aspect des plus significatifs dans les relations entre l’occident et la Palestine : le Parlement européen vient de voter la suppression des droits de douanes sur tous les produits agricoles palestiniens qui seront exportés vers Europe, à compter du début de l’année prochaine. L’accord concerne les produits agricoles, transformés ou non, et ceux issus de la pêche. Quel élan de générosité après des années de désolation occasionnées par le partage de la Palestine entre juifs et arabes !
    Mais finalement c’est déjà ça de gagné pour les palestiniens, à mettre dans l’escarcelle de la diplomatie de Mahmoud Abbas, et un camouflet diplomatique pour Israël, qui s’est avérée être payante: la Cisjordanie et Gaza pourront théoriquement exporter leurs produits directement vers l’Union européenne, sans devoir en passer par les douanes israéliennes. Pour sûr, Feu Yasser Arafat en trépignerait de joie outre tombe ! Une petite victoire qui damerait le pion à l’embargo israélien. Pour les accros des chiffres, les exportations de la Palestine vers l’Union Européenne représentaient 6,1 millions d’euros en 2009, contre 50,5 millions d’euros dans l’autre sens.
    Cette ouverture vient à point pour les palestiniens d’autant que la première compagnie israélienne d’exportation de produits agricoles Agrexco, un exportateur israélien appartenant en partie à l’État israélien, qui a été la cible d’un mouvement de boycott en Europe a reçu un ordre de liquidation après avoir été incapable de payer ses créanciers. Agrexco s’occupait de l’exportation d’une grande part des produits frais israéliens, dont 60 – 70 % des produits agricoles étaient cultivés dans les colonies – illégales – israéliennes des territoires palestiniens occupés. Une victoire d’un lobbying efficace.
    Pour sa part, l’Union Européenne, selon toujours Andry Rajoelina, a accepté d’appuyer Madagascar dans la réalisation des prochaines élections. L’ONU est prévu y adhérer également en écho à cette décision de l’Union Européenne. Eh bien, petit à petit l’oiseau fait son …nid. Et ce malgré cette histoire ubuesque de 4X4 qui se sont évaporés dit-on mais qui ont été retrouvé par la suite… les vingt-trois 4X4 en question ont été offerts par le Fonds de Nations unies pour l’enfance –Unicef – aux directions régionales du ministère de l’Education nationale malagasy mais qui ont changé de mains pour être entre celles de la … CST, de l’armée, du gouvernement et de la présidence.

    Publicités
     
  • Alf Raza 15 h 06 min le 15 October 2011 Permalien | Réponse  

    Coup de poker pour garder la main ? 

    (du 29 SEP 2011)
    On peut se demander si c’est un éclair de lucidité entre deux gueules de bois ou autre chose mais avec les estimations des Nations unies à près de six millions – sur un total de 22 millions d’âmes – le nombre de personnes ayant besoin d’aide alimentaire, on peut comprendre l’empressement non feint du « dernier » dictateur communiste de la planète à entrouvrir les portes de son pays, parmi les plus fermées au monde. Kim Jong Il, car il s’agit de lui, est en train de lancer de grandes manœuvres pour dépatouiller son pays au bord de l’étouffement sous le régime autarcique que son père lui a légué et qu’il continue à entretenir afin de la transmettre à l’un de ses fils, Kim Jong Un.
    Ses tentatives de charrier des investissements dans de nouvelles zones économiques spéciales ou ZES, en suivant le modèle des ZES chinoises ont fait un flop, les ronds de jambe faites par le leader nord coréen en direction de la Chine et de la Russie n’ayant eut que des échos mitigés. Dans un scénario de marché des dupes, la Russie et la Chine se sont vu attribué les droits d’usage du port de Rajin, un point stratégique pour les trois parties, pour cinquante ans et dix ans. Chose incongrue : sur le port de Rajin, le commerce en devises étrangères est désormais autorisé, une révolution.
    La relance de la construction du gazoduc du géant russe Gazprom de la Russie vers la Corée du Sud entre également dans cette opération de charme pour assurer la succession tranquille de la dynastie des Kim. Pour un coût de 6 milliards de dollars, les 150 millions de dollars (110 millions d’euros) de droits de passage annuels en Corée du Nord est plus qu’un bol d’air …frais pour le régime de Kim Jong-Il qui est près de toucher le fond aux dires des observateurs avertis.
    Toujours est-il l’échec du système autarcique est démontré par la situation catastrophique dans laquelle est plongée la population nord-coréenne, affamés à cause de la pénurie de nourriture et victime de la diarrhée due à l’eau sale et le manque d’hygiène. Selon les spécialistes, « une crise infiniment plus grave risque fort d’éclater dans les six à neuf mois qui viennent » si rein n’est fait pour les aider. Depuis la fin de la guerre de Corée de 1950-1953 jusqu’à maintenant, les nord-coréens se sont repliés sur eux-mêmes sous la direction d’un régime totalitaire pour aboutir à ce qui s’y trame actuellement. Bien loin sont les temps où l’amiral Rouge avait pris ce pays comme un modèle, tout comme ses visées sur le modèle de la « Jamahiriya » des régimes qui sont en train de voler en éclats…

    Kim Jong Un

     
  • Alf Raza 15 h 02 min le 15 October 2011 Permalien | Réponse  

    Eh oui, les temps ont bien changés ! 

    (du 28 SEP 2011)
    Qui l’eut cru ! Les civilités et les salamalecs ne peuvent pas l’emporter longtemps, le naturel pourrait revenir au galop au moment où l’on s’y attend le moins. Ainsi, ce fameux sommet de l’ONU de toutes les attentes aurait livré son lot d’insolite bien avant son lot de déception. Les couloirs de l’ONU lors de la dernière Assemblée générale a vu une bagarre éclater le vendredi 23 septembre entre le service de sécurité des Nations unies et les gardes du corps du Premier ministre turc Erdogan. L’incident a fait grand bruit, malgré les efforts de l’ONU pour minimiser l’incident : au moins un blessé parmi les hommes de la sécurité de l’ONU.
    Le sommet de toutes les attentes car pour suivre le discours de Mahmoud Abbas qui commençait, le Premier ministre turc, en retard surement, a voulu rentrer précipitamment dans la salle de l’Assemblée générale comme s’il avait les feux aux …derrières. Les hommes de la sécurité de l’ONU de service lui ont bloqué le passage tout en lui indiquant de passer par une autre entrée mais la délégation turque a refusé d’obtempérer d’où les échanges de coups ! Incroyables, à un tel niveau et en venir aux poings ! Comme quoi ces couloirs ne sont pas si bien fréquentés que ça ! Et pourtant on se bouscule pour y être, le comble !
    Décidément, le discours du président palestinien Mahmoud Abbas sur la demande palestinienne d’adhésion à l’ONU mérite bien sa qualification d’historique, arrivant à soulever les passions dans lors du sommet qu’en marge de celui-ci. Car, rien que pour le leader palestinien, une fois son discours prononcé, il ne s’est pas attardé à New York. Il est rentré fissa-fissa en terre palestinienne sous les acclamations de milliers de ses compatriotes venus l’accueillir. Mahmoud Abbas ne s’est pas empêcher de dire à Ramallah : « Il y avait le printemps arabe, il y a maintenant un printemps palestinien » (Sic). Eh bien, voilà qui est dit ! A chacun son printemps alors ! La Grande ile attend le sien ou est-ce déjà arrivé? Ça reste à savoir avec le flou où l’on nage actuellement.
    Sans prétendre à marquer un quelconque deadline sur le cour des évènements dans la grande ile, à coup sûr il y aura des gens qui avanceront qu’il ya eut « l’avant le sommet de l’ONU du mois de septembre » et que viendra « l’après le sommet de l’ONU du mois de septembre ». Mais pourquoi pas ? Reste à voir les changements que cela apportera, le scepticisme restant de mise, le pragmatisme n’ayant pas eu grand écho pour le peuple malagasy…

    pugilat de haut vol!

     
  • Alf Raza 14 h 57 min le 15 October 2011 Permalien | Réponse  

    Tout peut être historique pour peu qu’on s’y intéresse 

    (du 27 SEP 2011)
    Beaucoup le qualifie d’historique, et ça l’est assurément : l’octroi du droit de vote aux femmes accordé par le roi Abdallah d’Arabie Saoudite. Voilà donc les saoudiennes qui, à la faveur d’un vent favorable, celui du « printemps arabe », s’arrogent le droit de voter ainsi que la possibilité de se présenter aux élections municipales – seul scrutin existant dans le pays d’ailleurs – dans ce pays très musulman et très ancré dans la tradition islamique. Seul hic au tableau, c’est une promesse qui ne sera effective qu’en 2015, année des prochaines élections municipales, autant dire un renvoi aux calendes grecs ! Ah là là, l’arnaque du siècle ! Et dire qu’en France, une femme en niquab s’est déclarée se porter candidat pour les présidentielles de l’année prochaine sans qu’on puisse trouver à y redire.
    Mais au-delà de cette déclaration, on se met à sourire naïvement en pensant aux futures affiches pour les propagandes : une femme en niquab qui ne montrera pas le vrai visage de la candidate ! Si dès le début des propagandes elle commence déjà à cacher qui elle est et ce qu’elle est réellement, qu’en sera-t-il de ses futures actions si toutefois elle arrive à se faire élire ? Tout sera caché sous le niquab ? Ce sera encore pire que ce vivent les français actuellement avec les révélations sur les dessous de l’Elysée… mais bon, ça se sont les problèmes des français.
    La Grande Ile elle patauge encore malgré la signature effective de la feuille de route. Une feuille de route qui se cherche encore un cadre d’application de consensus si on se réfère aux charivaris des politiciens qui se cherchent encore sans arriver à se mettre d’accord.
    Pour l’instant d’ailleurs, les instances supérieures de l’ile se focalisent ailleurs, quelques parts à New York, à un certain sommet et à l’intervention de la sommité de l’Ile Rouge à la tribune ainsi que les éventuelles retombées possibles pour le pays, retombées tant attendues depuis près de deux ans et qui se sont fait attendre comme pas …possible.
    En attendant, feuille de route ou pas, la vie continue pour le commun des malagasy qui ont depuis longtemps laissé le champ libre aux politiciens de tout acabit le soin de triturer son avenir, l’avenir de son pays… Que la Communauté de développement d’Afrique australe puisse émettre son souhait d’une mise en œuvre rapide de l’accord signé soit une chose, l’application effective stricto sensu de cet accord sera encore une autre paire de manche, une histoire à suivre…

    qui est qui?

     
  • Alf Raza 14 h 48 min le 15 October 2011 Permalien | Réponse  

    A la dérive… 

    (DU 26 SEP 2011)
    Ça fait mal de dire que c’était prévisible mais bon, c’est arrivé et ce n’est pas encore près de s’arrêter ! Des informations venant de Vohipeno rapportent des dérapages « incontrôlés » suite à l’application du «dina menavozo» ! Depuis un certain temps, dans cette rubrique on n’a cessé de fustiger à cor et à cri le danger de l’application de ce « dina », mais que nenni, aucun écho positif pour le contrecarrer ! Ce « dina » est manifestement un déni flagrant de l’autorité, de la loi existant, faisant impasse à la justice du pays. Les exécutions sommaires par décapitation, les expéditions punitives selon un jugement populaire n’ont jamais rien de bon. Les dérives se font facilement jours surtout dans l’atmosphère délétère où vit actuellement la population malagasy, et plus particulièrement dans le milieu rural loin très loin de toute forme de pouvoir, de représentation de pouvoir, de force public, de justice…
    A fortiori, le pouvoir public se contente juste de jouer aux pompiers, sévir à postériori sans pour autant circonscrire l’ « incendie »… un réel péril en la demeure ! On rapporte à ce sujet que les forces de l’ordre ont interpellé 215 personnes, tout un village apparemment, le 17 septembre dernier à Mahazoarivo Vohipeno pour des affaires concernant l’application du « dina ». Résultat : 23 d’entre eux ont été déférés au parquet de Manakara.
    La Somalie en a déjà fait la triste expérience, la démission du pouvoir central pour gérer au plus près les multiples localités ont poussé les gens à se prémunir des violences en s’organisant dans des scénarios d’auto-défense…qui ont engendré les Seigneurs de guerre qui se sont démarqués par leurs aptitude à …défendre le plus grand nombre et leurs intérêts.
    Sous d’autres cieux, la Charia n’est qu’une autre forme de « dina », suppléant à l’impuissance d’une autre loi, la supplantant même sous divers angles. L’ile Rouge ayant été à la dérive depuis quelque temps s’est laissé aller pour permettre à toutes les dérives possibles. Cette combine d’instauration de comités de vigilance, d’ « andrimasom-pokonolona » n’est qu’une grosse farce qui ouvre la porte à toutes les dérives, mal cadré, mal encadré, en marge de la loi, la constitution de milice pour chaque village, pour chaque bourg n’est pas loin ! Et dire que les contribuables payent leurs impôts pour se faire protéger par les représentants des forces de l’ordre « officiels », policiers et gendarmes. Ils se font flouer en se constituant, par défaut, des comités pour se protéger alors qu’ils ont déjà payé – et continuent toujours d’ailleurs car nul ne peut se soustraire aux impôts en principe – pour ce faire.

    Indha Adde, un chef de guerre somalien

     
  • Alf Raza 14 h 34 min le 15 October 2011 Permalien | Réponse  

    Ah là là ! Ces squelettes qui traînent dans les placards ! 

    (du 23 SEP 2011)
    Les politiciens en voient de toutes les couleurs depuis quelques temps, des vertes et des pas mûres pour sûr! Tout le monde risque de passer à la moulinette au rythme où vont les choses. La situation devient explosive pour les « grands » politiciens, notamment français, car ces derniers temps, des squelettes sortent du placard sans ménagement. Ainsi, les juges français se délectent d’étaler des prouesses juridiques pour arriver à la mise en examen de grosses pontes proches des ex-dirigeants, et de ceux en place actuellement aussi d’ailleurs. Les plus marquants sont sans aucun doute ce qui arrive à Thierry Gaubert, mis en examen, et Nicolas Bazire, en garde à vue. Qu’on le veuille ou non, ces deux là sont des proches de Nicolas Sarkozy qui n’en sortira pas blanc comme …neige aussi d’ailleurs. Heureusement qu’on a inventé les fusibles !
    A chacun ses boulets, à la HAT son lot de trafics de bois précieux, de métaux et de pierres précieuses, d’animaux en voix d’extinction ; quant aux dirigeants français, les sombres dossiers de contrats d’armement, attentat terroriste, rétro-commissions et soupçons de financements occultes de la campagne présidentielle d’Edouard Balladur ! Ouf ! Rien que ça ! Finalement, rien d’étrange à ce que les pays anciennement colonisés par la France soient des adeptes et à même de verser dans les magouilles autres corruptions de haut vol, ils ont été à bonne école ! Pas étonnant que la diplomatie africaine, du moins francophone, soit ce qu’elle est : « oui missié » à chaque occase au détriment de leur peuple, les bakchichs en sus, l’ancien colonisateur en sort toujours grand bénéficiaire à la moindre « négociation », si « négociation » il y avait. D’ailleurs, comment pourrait-il en être autrement au vu des scénarios catastrophiques de la Côte d’Ivoire qui s’est fait rappelée à l’ordre, ou celui de la Libye qui s’est fait tabassée à …mort ? Difficile de dire non, autant ramasser le blé et basta !
    Pour sa part, la Grande Ile s’entend la France « salue(r) le courage politique et le sens des responsabilités de la HAT », comme pour signifier au bon élève sa bonne prestation en classe ! Un bon élève quoi ! Même credo d’ailleurs pour la COI et l’OIF. Et à José Eduardo dos Santos, actuel président de la SADC de continuer dans la foulée pour féliciter « le président de la HAT (…) sur son engagement personnel et les concessions qui ont abouti à la signature d’un accord de paix »(Sic). Manquerait plus que le violon et la petite chansonnette et le tableau serait complet ! Et pourtant, rien n’est moins sur car la chasse aux places et aux portefeuilles est ouverte et il serait bien étonnant que cela se fasse en un tournemain, bonjour l’année 2012 et ses surprises.

    Est-ce que les deux font la paire?

     
  • Alf Raza 14 h 30 min le 15 October 2011 Permalien | Réponse  

    Embrouillamini party : un exercice de style 

    (DU 22 SEP 2011)
    Au Sénégal, Wade et sa clique crie au scandale pour les propos de Robert Bourgi avait soutenu, dans un entretien avec le Journal du Dimanche, qu’Abdoulaye Wade ainsi que plusieurs chefs d’Etat africains avaient remis d’importantes sommes d’argent à Jacques Chirac et à Dominique de Villepin. Des dessous pas très catholiques, des financements occultes en somme. Celui qu’on surnomme « M. Françafrique » sort de son mutisme pour s’épancher dans les médias, peut-être en rupture avec l’Elysée et sa cour africaine ? Sinon comment expliquer que Robert Bourgi, cet ami et conseiller de Nicolas Sarkozy, puisse porter des coups aussi bas aux anciens politiciens français et africains ? En tout cas le divorce est surement consommé avec son affirmation : « J’ai vu Chirac et Villepin compter les billets ». Mais comme à son habitude, le Maitre de l’Elysée sacrifie là sa pièce maitresse pour renverser la vapeur à propos des déclarations d’une juge,la juge Isabelle Prévost-Desprez, sur d’éventuelle la remise d’enveloppes à Nicolas Sarkozy chez Liliane Bettencourt, personne ne peut être blanc comme neige en politique… pas même les hommes blancs…
    On n’est même pas sur que l’heure des règlements de compte a sonné, bien que des voix en afrique se dresssent en témoin tel Mamadou Koulibaly, ex-numéro 2 du président ivoirien déchu Laurent Gbagbo, qui a affirmé à l’AFP que quelque trois millions d’euros ont été transférés d’Abidjan à Paris pour financer la campagne chiraquienne de 2002 ! Reste à prouver la bonne foi de ce dernier.
    Toutes proportions gardées, on est en droit de se demander la ou les réelles raisons du brusque revirement à 180° des mouvances qui ont finalement accepter de signe la feuille de route. Elections à l’horizon ? Gros sous à la clé ? Car la rétractation de la mouvance Ratsiraka laisse dubitatif quant à la suite à donner aux évènements. Remaniement il y aura, participation inclusive y-aura-t-elle ? Ça reste à voir en tout cas. En tout état de cause, les « premiers ministrables » vont se bousculer au portillon car il est de fait que l’actuel en place va passer à la trappe, feuille de route oblige…à moins qu’à son habitude le pouvoir en place ne …maintienne en place Vital pour sa …vitalité à toute é…preuve ? Car tout « bon » malagasy qui se respecte y va de son interprétation de la feuille de route, et ce n’est pas près d’être commune ni unanime, loin de là… bonjour les divergences dans les interprétations, embrouillamini party en perspective.

    Wade père et fils…

     
  • Alf Raza 14 h 25 min le 15 October 2011 Permalien | Réponse  

    Au nom du pardon, du financement et du …reste 

    (du 21 SEP 2011)
    La France moralisatrice, un schéma inédit peut-être mais qui a court depuis que le président français s’est ouvertement affiché soutenir la rébellion libyenne. Ainsi à l’issue d’une nouvelle réunion du groupe des « amis de la Libye », en marge de l’Assemblée générale de l’Onu, le président français a une nouvelle fois réitéré son souhait de pardon et de réconciliation pour les libyens ! Comme si cela pouvait coulait de source après les batailles entre les protagonistes dans cette guerre interne. On se prendrait à se croire être sur un ring où après le gong final, et après les bastons que les pugilistes se sont donnés, une accolade pourrait effacer les coups qui se sont donnés, une utopie plus qu’un rêve !
    Comble du rikiki, voilà que Barack Obama joue dans la surenchère et appelle à une tenue « d’élections libres et justes », assorti d’une réouverture d’ambassade américaine à Tripoli. Une ineptie de plus pour un pays qui n’a jamais connu d’élection depuis plus de 40ans mais qu’on incite à s’y prendre au pied levé, du chiqué qu’on ne s’y méprenne pas !
    Mais bon, c’est dans l’air du temps quoi ! Même pour la Grande ile, pourtant habitué à voir ses citoyens aller aux urnes, rien n’est évident. Cette signature de feuille de route n’est pas pour faciliter les choses comme on pouvait l’espérer. Un nouvel imbroglio en perspective, avec son lot de trafic d’influence dans tous les sens. Assurément, le changement de gouvernement que pourrait entrainer la fameuse ouverture préconisée par la dite feuille de route attiserait les convoitises pour les principales forces politiques qui sont à même d’influencer un tant soit peu l’opinion des … décideurs. Quoique pour les éventuels décideurs, si décideurs il y a, le choix n’est pas évident vu la géométrie fluctuante de l’univers politique malagasy. Les tergiversations des différentes mouvances dans la décision de signer l’accord depuis tout ce temps sont révélatrices des malaises dans le microcosme politique malagasy. En tout cas, la logique voudrait que le premier ministre actuel ne soit plus reconduit pout préserver l’équilibre précaire où l’on est actuellement. Reste à savoir quelle mouvance pourrait bien accoucher du futur nouveau chef de gouvernement. Quelques-uns sont déjà avancés, sans toutefois avoir de réelles cautions des autres mouvances. Pour sûr, les actions de lobbying sont surement en train de chauffer les méninges des politicards en mal d’autorité, de poste, de « siège » comme on aime à le dire si vulgairement. Brefs, des bousculades aux portillons des ministères et autres secrétariats d’Etat.

     
  • Alf Raza 14 h 22 min le 15 October 2011 Permalien | Réponse  

    « Deux Peuples, deux Etats » : une utopie en 3D 

    (du 20 SEP 2011)
    Les plus sceptiques diront que c’est encore loin d’être gagné, mais au vu de ce qu’endurent les autres pays pour être reconnu sur le plan international, c’est un moindre mal ce qui se passe dans la grande ile actuellement. Pour les palestiniens, dans l’expectative depuis un certain jour de juin 1967, en lorgnant sur la demande de reconnaissance de leur Etat qui sera soumise à l’ONU vendredi, ce sera une autre paire de manche ! Pour sûr, il y a très peu de chance de voir aboutir pareille requête à l’ONU, mais qui ne demande rien n’a rien, c’est connu. D’autant qu’à la clé, les sanctions économiques qui pourraient s’ensuivre ne sont pas à écarter. Le lobbying juif étant ce qu’il est, sûr que les Etats-Unis ne manqueront pas d’opposer leur véto !
    Avec les manips de hauts vols qui se pratiquent actuellement, on ne sait plus sur quel pied danser. Les coups pourris assenés à DSK pour l’écarter de la scène politique française sont assez révélateurs, n’en déplaise à ceux qui réfutent la thèse du complot. Car d’aussi loin que l’on s’en souvienne, un certain Dominique de Villepin a été aussi botté en touche pour une sombre histoire pas claire de « Clearstream » en 2006 pour « complicité de dénonciation calomnieuse ». Les points communs aux deux politiciens : présidentiable et potentiellement dangereux dans la course à la présidence française, mais qui furent inquiétés au mauvais moment et puis …relaxés et lavés de tout soupçon un peu plus tard… Comme quoi, tout peut arriver.
    Quelque part, ce besoin de légitimité de l’Etat palestinien pourrait lui rendre une existence en tant qu’Etat souverain plus sereine. Ces révolutions, apportées par le vent du printemps arabe, associées à la crise économique mondiale pourraient bien être favorables à la réalisation effective du tant dénié mais tant espéré également « deux Peuples, deux Etats ». En tout cas, ce cas israélo-palestinien est une grosse épine au pied de l’ONU depuis le jour où elle avait décidé de créer l’Etat d’Israël, ce jour du 29 novembre 1947, qui vit l’adoption de la résolution 181 préconisant le partage de la Palestine, sous mandat britannique depuis 1920, en un État juif et un État arabe. Aujourd’hui, il n’y plus personne pour regretter une telle décision…sauf peut-être les palestiniens, …surement les palestiniens…

     
  • Alf Raza 14 h 17 min le 15 October 2011 Permalien | Réponse  

    Tout ça pour … ça ? (ou 100.000 barils par jour à la clé) 

    (du 19 SEP 2011)
    Enfin une embellie dans ce marasme constant où était tombé la grande ile depuis le début de la transition. Ces longs mois d’attente, pour accoucher finalement d’une feuille de route de sortie de crise pas très loin de ce que bon nombre de gens avaient pourtant avancé depuis belle lurette mais que la majorité n’avait pas voulu adhérer consensuellement. Et puis d’un seul coup, vlan, la feuille a été signée officiellement par la quasi-totalité des groupes politiques du pays vendredi 16 septembre au soir. La SADC, a fini par se pencher sur le cas malagasy et d’accéder aux requêtes et aux doléances avancées de part et d’autres des protagonistes. Ainsi donc, le contenu du texte de cette feuille de route prévoit la transition sous l’égide d’Andry Rajoelina mais avec des institutions élargies aux mouvances d’opposition, et surtout le retour« sans conditions» de Marc Ravalomanana. Seule couac, la mouvance de Didier Ratsiraka n’a pas signé le document mais cela pourrait-il être un facteur bloquant dans la situation actuelle ?
    Toujours est-il qu’on est en droit de se demander quels seront les conséquences d’un tel acte pour l’avenir politique et économique de la Grande Ile. Surtout après certaines révélations sur les avoirs miniers de la Grande ile après l’annonce de la découverte de gaz naturel à Sakaraha par « Madagascar southern petroleum compagny ». En sus, comme par effet de domino, la compagnie « Madagascar Oil » a revu à la hausse ses estimations sur les réserves de pétrole à Tsimiroro : simplement renversant, la précédente estimation de 965 millions de barils (estimation 2010) est passée à environ 1,7 milliard de barils (mise à jour 2011), soit une augmentation de 75% ! Madagascar pourrait détrôner les autres pays producteurs et être parmi les premiers fournisseurs mondiaux de pétrole. Reste à savoir à qui cela va profiter réellement car en Afrique, l’expérience a montrée que le peuple autochtone profite rarement des retombées financières de l’extraction de pétrole, les magnats du pétrole s’en mettant toujours plein les poches, moyennant des bakchichs bien placés.
    La feuille de route prévoyant des négociations entre les forces politiques pour un partage du pouvoir jusqu’à l’organisation d’élections législatives et présidentielle, Andry Rajoelina restant toujours président de la transition. Recomposition du gouvernement, du Parlement et de la CENI à l’horizon avec un nouveau Premier ministre? Ça reste à voir avec cette grosse manne qui qu’est le pétrole qui fera son tabac d’ici cinq ans, tout reste à gagner pour les politicards de la Grande Ile.

     
c
créer un nouvel article
j
message/commentaire suivant
k
message/commentaire précédent
r
Réponse
e
Modifier
o
afficher/masquer les commentaires
t
remonter
l
connexion
h
afficher/masquer l'aide
shift + esc
Annuler