Mises à jour de janvier, 2018 Activer/désactiver les fils de commentaires | Raccourcis clavier

  • Alf Raza 16 h 56 min le 14 January 2018 Permalien | Réponse
    Tags : , Andry Nirina Rajoelina, , , , CENI, Eglises, , , , ,   

    Une année charnière dites-vous? 

    Point de mire du 14 janvier 2018

    Une année charnière dites-vous?

    Comme a son habitude, la Grande île aime nager dans le flou, a moins que l’on ne l’y ait plongé volontairement, qui sait: « L’élection présidentielle à Madagascar devrait se dérouler entre le 25 novembre et le 25 décembre de cette année, mais il revient au gouvernement de déterminer la date précise », dixit le président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), Hery Rakotomanana. En ce début de troisieme millénaire, on n’est pas encore capable de pondre de bonnes dates pour un rendez-vous avec les urnes pourtant depuis longtemps attendu et transcrit dans une certaine constitution d’une certaine république! C’est donc si difficile que ça? Quatre ans pour une commission, qui soit dit en passant est devenu permanente, pour trancher sur une date ou du moins de proposer une date car il s’avère que le dernier mot revient au gouvernement, une ineptie que seul la Grande ile a le secret: autant dissoudre cette commission si le gouvernement est le seul habilité a « accoucher » d’une date qui pourtant est des plus cruciales pour la vie et l’avenir de l’île Rouge. Mais bon, on le sait, on ne change pas une équipe qui (fait) gagne(r) , n’est-ce pas?

    Et pourtant…et pourtant, cette année 2018 est une nouvelle fois une année charnière pour l’île, un quinquenat qui se termine et un autre qui pointe son nez, avec moins de soubressauts politiques et médiatiques pour le moment mais toujours avec son lot d’hurluberlus de tout accabit qui ne s’en lassent pas de soulever l’enthousiasme de leurs aficionados respectifs acquis a leurs causes. Pour cette cuvée 2018, on aura surement droit a une bonne brassée de phénomènes de foire comme candidats aux élections présidentielles, celles qui se sont tenues précédement ayant fait des émules, peut-être quelques têtes dirigeantes d’Eglises tous aussi louffoques les uns que les autres, enfin, il faut de tout pour faire un monde !

    quoiqu’on en dise, l’année 2018 pourrait bien nous apporter son lot de surprises, avec  les deux anciens dirigeants qui ont déjà fait savoir qu’ils se présenteraient: Marc Ravalomanana qui pourrait bien se faire éliminer d’entrée de jeu vu les batons qu’on lui met déja dans les roues, et Andry Nirina Rajoelina et son divorce (consommé ou pas?) pas clair d’avec les tenants du pouvoir qui laisse trainer une forte odeur de souffre bien avant même l’annonce officielle tant attendue par ses partisans qui lui sont restés fidèles. dun rock and roll endiablé en perpective, les malagasy n’auront pas le temps de s’ennuyer durant cette année, ils resteront surement dans l’expectetive, ils resteront sur leur faim, comm d’habitude, avec les flambées des prix si difficilement contrôlées les plongeant immanquablement de plus en plus dans un marasme sans fin.

    Marc Ravalomanana, populisme ou réellement au chevet de la populace?

    Difficile de croire que tout ira pour le mieux au vu du calendrier incertain que l’on nous expose- ou que l’on ne nous sort pas, c’est selon tout un chacun – et qui s’avère vide pour le moment, une période électorale qui « flotte » entre deux dates (sic) et des menées subversives de part et d’autre qui commencent a « arroser » a tout va les médias et les réseaux sociaux. Bref, on ne s’ennuyera pas cette année, ça c’est sûr!

     

    Alf Raza

    Publicités
     
  • Alf Raza 6 h 26 min le 12 January 2018 Permalien | Réponse
    Tags : Ava, BNGRC, , dons, Enawo, enchères, , , pieds dans l'eau, vendus   

    Une cuvée 2018 plein de mystère! 

    Point de mire du 11 janvier 2018

    Une cuvée 2018 plein de mystère!

    On le sait: on est en pleine période cyclonique actuellement. Rien de surprenant donc à ce qu’une perturbation météorologique vienne frapper la Grande île, c’est  une quasi-fatalité que d’être traversé de part en part par la furie d’un cyclone pour l’île Rouge! Depuis le temps on aurait dû être aguerri et savoir prévoir voire anticiper les dégâts et les sinistres occasionnés par ces facéties périodiques du temps. Mais voilà. à chaque année les intempéries amènent leurs lots de sinistrés, aux dernières nouvelles communiqué par le BNGRC (Bureau National de la Gestion des Risques et Catastrophes) , jeudi 11 janvier, après le passage d’Ava, 36 décès et 25 portés disparus ont été recensés. Pour tout l’ensemble de l’île un chiffre de 136 000 sinistrés a été avancé. Des chiffres surement en-deçà de la réalité mais comme à son habitude, en pareil cas, l’entité responsable n’arrive pas à sortir l’état exact, ou du moins proche de la réalité, faute de moyen(?) ou par défaut de professionnalisme tout simplement! A chaque année on est tristement affligé de voir la lenteur des secours donnés aux sinistrés, encore plus des  « critères de choix » des personnes à aider. On est désagréablement surpris de voir des gens qui ont les pieds dans l’eau dans leur habitat, mais qui sont donc restés chez eux, être mis à l’écart des aides fournis aux sinistrés: à croire que pour ces gens là tout baigne!

    Là c’est carrément plus que « les pieds dans l’eau » !

    Mais dans la Grande île rien ne peut plus surprendre! Personne ne s’offusque quand des dons se retrouvent chez certains grossistes, dans des échoppes ou  sur les marchés, au vu et au su de tout le monde comme si c’était naturel:  l’année passée,des sacs de 50 kilos de riz avec des inscriptions « China aid », ont été vendus autour de 90 000 ariary le sac alors qu’ils ont été offerts gratuitement pour les victimes du cyclone Enawo. C’est devenu monnaie courante en tout cas dans la Grande île, le détournement « organisé » et « autorisé » de dons provenant de donateurs divers. L’on se souvient du cas soulevé par un opérateur bien connu de la place qui a intercédé pour avoir des dons venant de Dubaï et qui s’est vu floué par on ne sait quel artifice avec les dons en question vendus aux enchères au final! L’ONG Amitié Picardie Madagascar en a fait les frais aussi il y a quelques années avec un container de 20 pieds de dons bloqué à la douane de Toamasina qui ont été vendues aux enchères! Et ce ne sont pas des cas isolés malheureusement! Pour cette cuvée 2018, à quoi pourrait-on s’attendre? « Pas moins » que d’habitude surement!

    On est tellement habitué aux opérations « tip-top » – tardives – dans la Grande île que la population s’est recroquevillée sur elle-même, s’auto-pansant les plaies faute d’aides immédiates – en temps voulu – avec ce que cela peut engendrer comme séquelles dans la vie des sinistrés déjà en situation de précarité et plus vulnérables que jamais à chaque coup asséné par les cyclones successifs. Le stoïcisme de la population malagasy est en passe de devenir une légende au rythme où vont les choses, les digues qui cèdent, les ponts qui sont emportés par les crues, les maisons détruites ou immergées, semblent les laisser impassibles,  la douleur et le malheur sont devenu leurs lots habituels en somme! Incroyable!

    Quoiqu’il en soit,  les équipes du BNGRC  envoyées dans les villes sinistrées pour épauler les autorités locales ont intérêt à être plus que visibles et opérationnelles à souhait à l’avenir pour le bien de la population mais aussi pour gagner plus en crédibilité face aux critiques perpétuelles à leur encontre. Une célérité effective  serait-il trop demandé dans l’appui et l’octroi des aides aux sinistrés?

     

    Alf Raza

     
  • Alf Raza 20 h 38 min le 2 January 2018 Permalien | Réponse
    Tags : , armée, bonne année, , exode rural, généraux, , , jeunesse, lynchage, militaires, shebab, vindictes, zones rouges   

    Bonne année au pays des…généraux 

    Point de mire du 02 janvier 2018

    Bonne année au pays des … généraux

    Les étrennes pour cette année 2018 on été plus que bénéfiques pour nos chers gradés de la « grande muette »: une myriade d’étoiles  a de nouveau recouvert ce corps de métier opaque pour le grand public. N’ayant pas attendu la nouvelle année pour recevoir leurs étrennes, les hauts gradés de l’armée malagasy se sont félicités en petite comité, heureux des promotions, qui sont devenues désormais une tradition sous cette république. Il faut croire qu’on a les moyens de payer tous ces nouveaux « hauts gradés », 36 nouveaux généraux de brigade, 38 en incluant le médecin colonel et le colonel de la Gendarmerie nommés généraux de brigade à titre conditionnel car ils partiront à la retraite dans quelques mois.

    Pour rappel, l’année passée a vu 62 nouveaux promus, dont dix des 45 généraux de brigade l’ont été à titre conditionnel, en clair ces étoilés auront, ou ont les avantages des généraux en retraite actuellement bien que n’ayant exercé que très peu de temps sous ce grade! Et oui, ça paye la carrière de militaire sous nos cieux! Je n’ai même plus envie de faire l’inventaire de la totalité des généraux en exercice ou a la retraite sous le ciel bleu de la Grande Île, à coup sûr, cela me filera le bourdon pour le restant de l’année! Et comme m’ont rabâché mes aînés durant ma jeunesse, et mon âge adulte même, « aza miady vintana amin’ny akoho fa izy aza lolohavina mandeha any an-tsena », « n’envie pas les volailles même si tu les vois portées sur la tête pour aller au marché! », laissons passer et ça ira!

    Mais tout de même, on ne peut s’empêcher d’y penser: pourquoi autant d’officiers généraux dans cette armée malagasy? En a-t-on réellement besoin? Sans être un pays en guerre, sans la moindre conquête militaire à mette à son actif, La Grande île a produit plus de généraux qu’il n’en a fallu en trois décennies, des officiers qu’il a fallu payer, et qui coûteraient encore de l’argent même une fois qu’ils ne sont plus « d’actifs » avec les avantages  et le personnel liés à leurs grades en sus.! Autant d’argents à débourser pour un pays deja  exsangue et démuni dans ses caisses!

     

    Image result for generaux malgaches

    Des généraux, on en a en masse!

    En tout cas, l’année s’annonce faste pour une clique, en défaveur de la plèbe qui ne récolte que des claques en retour, avec ces sempiternels problèmes d’insécurité qui sont devenus des plaies béantes et purulentes à en devenir cancérigènes à la longue. eh oui, faute de moyens comme ils disent, la population est maintenant livrée a elle-même poussée et forcée à l’auto-défense pour se protéger allant jusqu’à faire fi des principes de base universels que sont les droits de l’homme! On se croirait encore etre a l’époque féodale! Des vindictes populaires poussée jusqu’à son paroxysme,  allant jusqu’aux lynchages s’étant multipliées à en devenir une pratique acquise et incontournable! Incroyable!

    Sans vouloir dramatiser, on glisse lentement mais surement  vers le « modèle » somalien, ou l’État, faible et n’arrivant pas à exercer son autorité et son pouvoir a laissé les « shebab » prendre le relais et imposer leurs « lois ». Caricaturé , « shebab » signifie quoi en fait? Shebab est selon Wikipédia, une version francisée du mot signifiant « jeunesse » ou « les jeunes ». Eh bien, on est pas très loin du compte car en suivant le fil des actualites, les hommes qui se font tuer ou attraper dans les brousses par les forces de l’ordre et qualifies comme étant des « dahalo » sont en fait tous des jeunes, de très jeunes gens même, surement désœuvrés et aigris par les attaques des « autres » « dahalo » et qui ont choisi eux aussi d’en être pour se …venger et survivre! Une spirale infinie em somme, car il ne peut qu’être question de survie pour ces jeunes gens là dans ces collines et ces bushs à n’en pus finir, loin de toute modernité, pour ne pas exagérer loin de toute civilisation! Oui, car les peuplades qui n’ont vécu qu’avec des troupeaux de bœufs sont actuellement completement demunis  se retrouvant avec des « peanuts »! Mon regretté père aimait nous conseiller la modération avec les bonnes choses en y allant mollo « koa ho rehefa lany ny paiso ao ankady dia ho sahirana eo anie ianareo ankizy e »,  » quand vous aurez épuisé les pêches dans le fossé, qu’adviendra-t-il de vous les enfants? ».

    Le plus malheureux c’est que c’est ce phénomène qui est en train de se produire dans la Grande île, une fois le cheptel -tant prisé par les « dahalo »- épuisé qu’est-il advenu ? Une reconversion dans d’autres activités et d’autres créneaux s’est imposée de facto! Le kidnapping n’est plus l’apanage des grandes villes mais aussi des campagnes! Incroyables! On ne parlera plus des razzias et autres expéditions punitives de village contre village, c’est devenu monnaie courante!

    Les problèmes de société sont loin d’être résolu dans la Grande île, en étant optimiste, il nous faudra plus d’une génération pour redresser tout cela, si tant est qu’on ait la volonté de le faire! Car il ne faut pas se voiler la face: La Grande île a une population jeune, plus de 70% sont des « jeunes » mais avec  quelles perceptives d’avenir? Ceux qui sont passé dans les forces armées pour leurs services militaires et qui ont été démobilisés sans avoir été réengagés se reconvertissent dans le brigandage et attaques en bandes armées, c’est connu sans qu’on en parle, quant a ceux qui ont été réengagés grâce a des bakchichs ils sont obligé de « redéployer » leurs compétences vers d’autres activités « non avouables » pour amortir les « coûts d’entrée ». Autant ne plus parler des magouilles au niveau des prisons qui en sidérerait plus d’un ailleurs: des malfaiteurs appréhendés ou tués lors de braquages ou autres méfaits et qui logiquement devaient être en prison …en train de purger d’autres peines et qui peuvent faire leurs méfaits presque en toute impunité! Et on est encore loin du compte!

    Et que dire de l’exode rural accéléré qui s’opère sous nos cieux? Exode corollaire inévitable de l’insécurité dans les campagnes et la baisse croissante des activités lucratives dans les zones dites « zones rouges »? On est loin d’avoir pu cerner tous les problèmes, alors, peut-on parler de développement dans la Grande île ? Avec tous ces zigotos qui pullulent à chaque coin de rue, au détours d’un bourg, au-delà de chaque collines, qui sont prêts a zigouiller son prochain a la moindre occasion…il faut être sacrément balaise pour arriver a remettre tous ça dans le droit chemin! On le sait depuis belles lurettes: il n’y pas de développement sans sécurité, et dans la Grande île, c’est loin d’être gagné!

    Mais qu’à cela ne tienne, « mirary taona vaovao soa sy mahafinaritra ho an’ny rehetra » ,  » Je vous souhaite une bonne et heureuse année ».

     

    Alf Raza 

     

    A lire aussi: https://www.madaplus.info/Forces-armees-malgaches-Promotion-des-generaux-et-remise-officielle-des-drapeaux-a-Iavoloha_a12295.html

     
c
créer un nouvel article
j
message/commentaire suivant
k
message/commentaire précédent
r
Réponse
e
Modifier
o
afficher/masquer les commentaires
t
remonter
l
connexion
h
afficher/masquer l'aide
shift + esc
Annuler