Eh oui, les temps ont bien changés !

(du 28 SEP 2011)
Qui l’eut cru ! Les civilités et les salamalecs ne peuvent pas l’emporter longtemps, le naturel pourrait revenir au galop au moment où l’on s’y attend le moins. Ainsi, ce fameux sommet de l’ONU de toutes les attentes aurait livré son lot d’insolite bien avant son lot de déception. Les couloirs de l’ONU lors de la dernière Assemblée générale a vu une bagarre éclater le vendredi 23 septembre entre le service de sécurité des Nations unies et les gardes du corps du Premier ministre turc Erdogan. L’incident a fait grand bruit, malgré les efforts de l’ONU pour minimiser l’incident : au moins un blessé parmi les hommes de la sécurité de l’ONU.
Le sommet de toutes les attentes car pour suivre le discours de Mahmoud Abbas qui commençait, le Premier ministre turc, en retard surement, a voulu rentrer précipitamment dans la salle de l’Assemblée générale comme s’il avait les feux aux …derrières. Les hommes de la sécurité de l’ONU de service lui ont bloqué le passage tout en lui indiquant de passer par une autre entrée mais la délégation turque a refusé d’obtempérer d’où les échanges de coups ! Incroyables, à un tel niveau et en venir aux poings ! Comme quoi ces couloirs ne sont pas si bien fréquentés que ça ! Et pourtant on se bouscule pour y être, le comble !
Décidément, le discours du président palestinien Mahmoud Abbas sur la demande palestinienne d’adhésion à l’ONU mérite bien sa qualification d’historique, arrivant à soulever les passions dans lors du sommet qu’en marge de celui-ci. Car, rien que pour le leader palestinien, une fois son discours prononcé, il ne s’est pas attardé à New York. Il est rentré fissa-fissa en terre palestinienne sous les acclamations de milliers de ses compatriotes venus l’accueillir. Mahmoud Abbas ne s’est pas empêcher de dire à Ramallah : « Il y avait le printemps arabe, il y a maintenant un printemps palestinien » (Sic). Eh bien, voilà qui est dit ! A chacun son printemps alors ! La Grande ile attend le sien ou est-ce déjà arrivé? Ça reste à savoir avec le flou où l’on nage actuellement.
Sans prétendre à marquer un quelconque deadline sur le cour des évènements dans la grande ile, à coup sûr il y aura des gens qui avanceront qu’il ya eut « l’avant le sommet de l’ONU du mois de septembre » et que viendra « l’après le sommet de l’ONU du mois de septembre ». Mais pourquoi pas ? Reste à voir les changements que cela apportera, le scepticisme restant de mise, le pragmatisme n’ayant pas eu grand écho pour le peuple malagasy…

pugilat de haut vol!

Publicités