Tagué: anarchie Activer/désactiver les fils de commentaires | Raccourcis clavier

  • Alf Raza 1 h 49 min le 17 April 2017 Permalien | Réponse
    Tags : 20.000 Ariary, anarchie, Andriamandavy, île Maurice, , , , , , haïtisation, indice de perception de la corruption, inflation, , tontons macoutes   

    Et la girouette qui tourne … et tourne… 

    Point de mire du 16 avril 2017

    Et la girouette qui tourne … et tourne…

    Observer de loin ce qui se passe dans la Grande île, essayer de prendre du recul et tenter de trouver un tant soit peu de sens sur ce qui se trame dans cette île, jadis paradisiaque, revient à se masturber l’esprit pour rien, et pour cause, rien de positif ni d’encourageant ne s’est démarqué en suivant le fil de l’actualité et les faits, dits saillants, véhiculés par les médias locaux. Je pense que commenter les faits de ces dernières semaines ne mènera à rien, mais alors là à rien! Le problème de la Grande île semble bien rester entier: corruptions à tous les niveaux, passivité maladive voire morbide de la population, paupérisation galopante, inflation exponentielle immaîtrisable! Bref, tout pour faire voir la vie en … noire.

    Il y a de quoi être sceptique quant à l’avenir de la Grande île. Finalement personne n’est prêt à changer! Les corrompus et les corrupteurs sont toujours en place plus fort que jamais, se complaisant à manipuler l’opinion publique, quitte à prendre le peuple pour le dernier des nigauds. Rien qu’à voir la fuite rocambolesque de dame Claudine Razaimamonjy vers l’île Maurice et tout se conforte: on se joue de la crédulité des pauvres malagasy qui comptent pour du beurre dans toute cette histoire.

    claudine-3

    L’arrestation spectaculaire de Claudine Razaimamonjy 

    A bien y regarder, dès le début de l’histoire, les malagasy n’étaient pas dupe pour autant! Personne n’a cru à un possible emprisonnement de dame Claudine, car on le sait très bien, les loups ne se mangent pas entre eux ! Alors pourquoi avoir fait du vent pour rien? A moins que ces scenarii montés gauchement à la hâte n’étaient pas destinés à la plèbe? Mais quand bien même, les « destinataires » seraient-ils si naïfs pour avaler un tel « boa »? Car c’était trop gros pour être une couleuvre, non? La pression se fait-elle trop forte de la part des soit-disant bailleurs de fonds pour pousser les tenants du pouvoir à faire n’importe quoi ? En tout cas, il est clair que le dindon de la farce dans toute cette histoire de Claudine, BIANCO, IST et autre facéties  c’est le peuple malagasy et nul autre, le « petit peuple » se retrouve de plus en plus démuni, de plus en plus maniable, de plus en plus minable, il en est ressorti que seuls les petites frappes (et les innocents sans argents) sont « justiciable » ( à souhait) dans la Grande île et encore, c’est loin d’être le cas au vu de ces vindictes populaires perpétrées dans les quatre coins de l’île.

    Et l’inflation galopante qu’on n’ose pas nommer, elle sera maîtrisée comment? A moins que tout le monde s’en foute! On se pressera surement à palier au plus pressé et procéder au plus facile comme d’habitude: la méthode classique de la planche à billets. Et au nouveau billet de 20.000 Ariary d’éclore dans la foulée! Comme il est loin le temps où une pièce de 1 franc (FMG) valait encore quelque chose! Maintenant les pièces de 1 Ariary vont surement tomber en désuétude ou disparaître carrément …comme son prédécesseur « l’iraimbilanja » (1 franc -FMG). Il est bien loin le temps, pour moi particulièrement, où avec 1 « iraimbilanja » (1franc)  je pouvais encore courir chez « le chinois », l’épicier du coin, m’acheter un bonbon !

    Mais maintenant tout semble flou dans la Grande île, on dirait qu’on n’arrête pas de tourner en rond, sans trouver une issue favorable pour le pays, eh oui! Car pour les tenants du pouvoir on sait, suite à l’affaire Claudine, l’issue n’est autre qu’un envol vers l’extérieur si ça sent le roussi quelque part. Et aux pauvres malagasy de rester dans le pays dans l’insécurité et l’indiscipline qui règnent actuellement. Il suffit de peu pour que le pays tombe dans l’anarchie totale, les prémices sont là, corruption généralisée, pour Transparency International en 2016 la Grande île se retrouve au 145ème  rang avec l’Indice de perception de la corruption 2016  de 28,  insécurité galopante avec les braquages et les kidnapping, la peur et les harcèlements de bandes armées dans les campagnes et les grands bourgs, mais surtout avec cette perte de confiance en la justice et de ses bras (car on le sait, dans tout système démocratique, les bras de la Justice ne doivent pas seulement fonctionner efficacement, mais également prouver cette efficacité de façon à forcer le respect du citoyen) poussant la population vers les tribunaux populaires à la va vite qui se soldent généralement par des mises à mort! Pire que les verdicts des tribunaux issus de la Charia! Et le comble, la prolifération de milices privés (bien qu’on se prive de le dire ou le dénoncer) à la solde des gros bonnets au vu et au su de tout le monde dans les quatre coins de l’île sans que l’Etat ne lève le petit doigt pour les demanteler, complice ou victime? Allez savoir!  « les faits d’armes » de la clique sous les ordres d’Andriamandavy VII pour faire pression au siège du BIANCO en est une manifestation la plus proche et la plus flagrante: attaque orchestrée contre un bâtiment d’une Institution, le BIANCO, qui reste impunie, même pas dénoncée par le pouvoir en place!. On se précipite rapidement et inexorablement  vers une « haïtisation » de notre pauvre pays, vers l’hégémonie de caïds servi par des tontons macoutes sans foi ni loi …vivement qu’on n’en arrive pas là, mais je crains le pire!

     

    Alf Raza

     

     

    Publicités
     
  • Alf Raza 19 h 25 min le 17 January 2013 Permalien | Réponse
    Tags : anarchie, pesante, tort, voiture   

    Circulation et vendeurs à la sauvette, amalgame détonnant sur l’asphalte 

    Point de mire du 12 janvier 2013

    La trêve entre gestionnaire de la ville des milles et les commerçants ambulants, champions de l’informels est elle finie ou pas ? Plus on s’avance vers les échéances nationales tant attendues, plus on se sent de plus en plus à l’étroit dans cette ville des milles tant convoitée par les politicards de tout temps et de tout bords, celle ville étant considérée, à tort ou à raison, comme le poumon politique de la Grande île. Irrésolu, le problème de la circulation chaotique dans la ville le restera toujours, du moins jusqu’à ce qu’on arrive à se décider à prendre des réelles mesures drastiques pour le résoudre. L’anarchie on ne peut plus pesante en centre ville et plus particulièrement à Analakely le long de l’Avenue de l’indépendance, à Soarano, Ambodifilao, Antanimena, ou encore du côté d’Anosibe et alentours est des plus harassantes, plus que barbantes même. Circuler en voiture dans ces rues-là, et ailleurs aussi d’ailleurs est des plus chaotiques, les bouchons empoisonnent étrangement la vie au quotidien à toute heure de la journée, et un ras-le-bol gagne de plus en plus les usagers. Avec les chars à bras, le défaut de signalisation, l’incivilité des automobilistes et l’opportunisme des motards, rouler dans le centre relève d’un véritable calvaire à Antananarivo, la confusion aidant, c’est d’un compliqué mais alors…

    analakely

    On sait pourtant que les vendeurs à la sauvette, qui ne sauvent plus d’ailleurs, s’octroient des places fixes en plein trottoir, déployant leurs étals sans vergogne encombrant la chaussée, les parkings. Une anarchie poussant les uns et les autres à contrevenir aux codes de la route élémentaires, les uns roulant à contre-sens, les autres coupant ici et là sans respect pour les priorités et les stops. Quand on sait que la CUA a décidé, une fois encore, de prendre le problème à bras le corps, on se dit bien que c’est une bonne chose, l’intention étant bonne, reste à voir l’action, toute l’action… Les grandes échéances pointant leurs nez, on se demande si les agents de la circulation vont « casser » du contrevenant, vu le besoin de ménager la susceptibilité de « l’électorat », les gens ayant les nerfs à fleur de peau au risque d’avoir des réactions épidermiques à la moindre contrariété. On se surprend de voir la nonchalance des policiers de la circulation face aux « scooteristes » sans casques passant à proximité des agents de la circulation qui tournent volontairement le dos à ces fans du deux roues. D’ailleurs actuellement, pas mal de ces agents sont des utilisateurs de deux roues et on peut en croiser certains en tenue et sans casque s’il vous plait, comment peuvent-ils prétendre sanctionner alors ? En tout cas, les agents de la CUA ont du pain sur la planche pour renverser la tendance face aux incivilités caractérisées qui se perpètrent dans cette ville des milles. Pour le moment, les piétons n’ont qu’à bien se tenir, ou plutôt marcher, sur les supposés trottoirs, les opérateurs de l’informel qui trustent les trottoirs, les arcades et les parkings auront toujours leurs mots à dire, jusqu’à preuve du contraire.

     
c
créer un nouvel article
j
message/commentaire suivant
k
message/commentaire précédent
r
Réponse
e
Modifier
o
afficher/masquer les commentaires
t
remonter
l
connexion
h
afficher/masquer l'aide
shift + esc
Annuler