( du 23 SEP 2011)
Six mois de frappes internationales en Libye pour laisser un pays bien mal en point. Il est évident que les bombardements ne laisseraient pas le pays intact et que la désolation sera apparente une fois l’accalmie arrivée. Les pluies de bombes ayant cessées, une semaine après la chute de Tripoli, il est maintenant plus que temps de reconstruire. Mais voilà, comme c’était prévisible, ceux qui ont contribué allègrement à la destruction des villes et des infrastructures de la Libye se proposent, en bon samaritain surement, lors d’une conférence internationale «des amis de la Libye» qui s’est tenue à Paris pour la reconstruction, et préparer le terrain de l’après-Kadhafi. Tels des prédateurs, près d’une soixantaine de délégations y ont participé.
Ce n(est pas un secret pour personne, la Libye détient l’une des plus grosses réserves de pétrole d’Afrique, avec ses 44 milliards de barils. Une grande carcasse qui ne laisse pas indifférent les charognards appâtés par pareille aubaine. On dirait que l’heure de la curée a déjà sonné car même les pays qui avaient déniés les frappes de l’OTAN comme la Chine et la Russie étaient présents.
Dans tout ce ramdam pour la reconstruction, l’un des protagonistes dans le bombardement de la Libye semble s’être déjà taillé la part belle dans cette histoire. La France, a selon les rumeurs déjà eu 35% du pétrole libyen en échange de son soutien (sic). Ce qui est sûr c’est que la France sera en première ligne pour la reconstruction, et en avant les entreprises françaises !
Par contre, un scénario déjà éprouvé quelque part en Afrique, plus particulièrement à Madagascar, se dessine pour la Libye : sans rire, la « feuille de route » dressée par le CNT assortie de la rédaction d’une nouvelle Constitution se fera sous huit mois avec l’organisation d’un référendum à la clé ainsi que des élections dans le courant de l’année 2013, ouf ! Chiche qu’ils l’auront aussi dans le baba cette transition-là les libyens. D’autant que les combats n’ont même pas cessés, et qu’ils parlent déjà de reconstruire ! A moins que ceux du CNT (Conseil national de transition) soient sûr, archi-sûr que le vieux lion du désert, qui a pris le « maquis », soit complètement hors d’état de nuire… qui sait ? La chasse pour débusquer le leader libyen ne se fera pas en un clin d’œil, les longues traques pour « déterrer » Saddam Hussein, ou « désintégrer » Ben Laden, ne sont pas choses aisées. Quoi qu’il en soit, débloquer 15 milliards de dollars pris sur les fonds du régime Kadhafi qui avaient été gelés au profit du CNT n’est pas rien ! Du blé en pagaille à ne pas en douter.

Libye, une guerre civile qui se veut être sans nom…