Des relents du passé

Point de mire du 14 janvier 2013

Et voilà la France une nouvelle fois engagée dans une guerre en terre africaine. La fin de la semaine dernière a vu une opération d’envergure jamais réalisée depuis quelques décennies par l’armée française. La Somalie, ce pays africain « rebelle » qui continue de narguer bon nombre de pays avec ses faits d’armes, en piraterie ou en terrorisme, vient en effet d’être le théâtre d’une opération militaires conjointement menée par la DGSE, le COS commandement des opérations spéciales. Elle a été mise en place dans le plus grand secret pour bénéficier de l’effet de surprise afin de libérer un agent de la DGSE détenu en Somalie depuis le 14 juillet 2009 par les shebabs, un agent, présenté par les autorités françaises sous le nom de Denis Allex , un nom à la « Hubert Bonnisseur de la bath » mais dont on se contentera de toute façon faute de mieux, qui avait été enlevé à Mogadiscio avec un autre agent qui a, lui, recouvré la liberté en août 2009 . Malheureusement, il s’avère que les occidentaux ne sont pas près d’arrêter de mordre la poussière de la Somalie. La déclaration du ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian: « Tout donne à penser que (l’otage) Denis Allex a été abattu par ses geôliers », ne fait que conforter cette sensation gênante d’impuissance face aux shebabs en Somalie. Les américains ont bien appris à leurs dépends »l’ indomptabilité » des somaliens sur leur terre…. Il s’avère donc que l’opération menée par les équipes de la DGSE dans le sud de la Somalie, pour libérer leur camarade a été un échec, résultat des courses: un soldat français tué dans les combats et un autre est « porté disparu ».
Il semblerait que le commando de la DGSE a dû faire face à une forte résistance de la part des shebabs…
Presque conjointement à cette attaque en terre somalienne, la France s’est également engagée militairement en terre malienne, dans ce nord Mali, vaste région désertique, sanctuaire pour les groupes islamistes, notamment Aqmi qui détient huit otages francais .

MALI FR

L’engagement du Burkina Faso, du Niger et du Sénégal avec des bataillons de 500 hommes de chaque a été annoncé ainsi que le Nigeria qui devrait dépêcher 600 hommes au Mali.
Cette coalition devront donc faire face à l’Ansar Dine, l’un des groupes islamistes armés occupant le nord du Mali depuis juin, avec les jihadistes d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et du Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao). Ansar Dine est surtout composé de Touareg maliens.
Ces mouvements ne sont sans rappeler de lointains souvenir pour l’Afrique, le bruit des bottes du colonisateurs foulant leur sol, soulevant la poussière sur son passage … Mais cela évoque également des vagues de souvenirs du temps des croisades, quand les croisés foulaient les terres conquises par l’Islam… mais on est bien loin de ces considérations actuellement, ces actions militaires sont désormais régies par des résolutions des nations unies…n’est-ce pas?

Publicités