A J-1, on ne est où ?

Point de mire du 08 janvier 2013

On est à jour J-1 de la date (fatidique ?) des présentations de vœux au Palais d’Etat d’Iavoloha. J-1 et rien ne laisse transparaitre des vraies intentions du Président de la transition actuel ; rien à moins que tout ait été déjà dit, à demi-mot. Pour le moment, le désistement du grand rival de Rajoelina Andry Nirina après l’épisode tanzanienne et la déclaration qui s’en suivi n’a fait ni chaud ni froid au camp des tenants du pouvoir. Le fameux « ni…ni… ,» n’est apparemment pas à l’ordre du jour, du moins jusqu’à aujourd’hui, reste à savoir si le contenu du discours du Président de la HAT de demain pourrait aborder dans ce sens ou non, ce qui serait étonnant d’ailleurs vu l’obstination qui s’est suintée lors des différentes interventions médiatisées de l’homme fort du pouvoir sur son indépendance quant aux décisions qu’il aura à prendre pour sa propre gouverne et concernant le pays. En tout cas, demain, tout le monde sera suspendu aux lèvres du Président de la HAT, chaque minute comptera pour les auditeurs de tout bord, dira ou dira pas ? Entrera en lice ou n’entrera pas ? Pour le moment le suspens est entier. Au moins, la présidence de la transition n’a plus prêté le flanc aux critiques en ayant évité la réédition de la version 2012 des présentations de vœux qui s’était décliné en plusieurs épisodes. Mais que ce soit en une ou en plusieurs « entrées », le clou des cérémonies sera assurément la déclaration du président en place de sa candidature ou non aux élections de mai prochain.
Finalement, cette nouvelle année 2013 de tous les défis pour le pouvoir en place est en attente d’un bon starter, starter qui ne se dévoilera que demain, reste à savoir si c’est de bonne manufacture ou non. Quoiqu’il en soit, nombreux sont ceux qui se bousculent sur la ligne de départ, handicap ou pas, pour se lancer dans la mêlée des élections qui se tiendront à partir du mois de mai. On sait pertinemment que bon nombre de politiciens voulant franchir la ligne de départ sont « lestés » par les tergiversations concernant les mesures d’amnistie. Car il n’y a pas que les présidentielles qui comptent dans ces courses aux élections. Les autres échéances telles les législatives et régionales devront intéresser plus d’un à coup sur. Les gros ténors de la politique tels les Boniface Zakahely, Jean-Eugène Voninahitsy, Tantely Andrianarivo ou Pierrot Rajaonarivelo, ont encore leurs situations en suspend, si toutefois ils comptent passer par le sas de l’amnistie. Fort heureusement pour eux, personne ne se soucie trop de ce qu’il en est vraiment, pas trop de chichi donc quant à leurs situations juridiques incertaines pour le moment.

Justice-marteau

Toujours est-il qu’à jour J+1 de ce discours de toutes les attentes, le paysage politique malagasy verra un tohubohu certain pour démarrer tout les machines pour les élections. A coup sur, seuls ceux qui ont les reins assez solides, et les finances bien garnies, pourront engager la première dans cette course aux élections. Bien que certains aient déjà pris un « faux départ » pour les précampagnes et les campagnes électorales, d’autres ne manqueront pas de suivre le pas histoire de ne pas se laisser trop distancer. Il ne faut pas se bercer d’illusion, le coup de départ était déjà parti depuis longtemps, sans qu’on y trouve à y redire.

Publicités