Pas facile d’y voir clair !

Point de mire du 03 décembre 2012

On ne sait trop quoi penser de l’inquiétude qu’éprouve la Chine face à l’annonce par la Corée du Nord de son intention de procéder mi-décembre à son deuxième tir de fusée de l’année. Déjà que les tensions entre la Corée du Sud et sa « sœur », et voisine, la Corée du Nord sont encore vives, on perçoit cette intention plutôt comme une énième provocation, et la Corée du Sud ne s’est pas gênée de le faire remarquer, cela relevant, à priori, d’une violation des résolutions du Conseil de sécurité adoptées en 2006 et 2009 interdisant à la Corée du Nord toute activité nucléaire ou balistique. Il est vrai que ce nouveau lancement est semble-t-il destiné à mettre sur orbite un satellite et que le jeune dirigeant Kim Jong-un ne se refuse rien, pour aller de l’avant quoiqu’il en coute. Dans les faits, on perçoit également une pointe d’appréhension de la part de la Chine sur une éventuelle montée en puissance de cette voisine, l’expérience de celle du « sud » qui est devenue une sacré concurrente au niveau commercial, faisant de l’ombre à cette grande Empire du Milieu qui s’est réveillé, et bien réveillé, pour « envahir » le monde. Une expansion qui se fait sentir même aux tréfonds des brousses africaines avec leurs présences tant au niveau commercial que côté exploitation minière car la Chine, de par son expansion exponentielle, a tout naturellement besoin de plus en plus de matière première. Eh oui cette « grande usine du monde » ne se suffit pas à elle-même coté intrant…pas moins que les autres aussi d’ailleurs.
coree
Ainsi, malgré la dernière déclaration de Mr. François Hollande, du bout des lèvres surement, sur la fin de cette foutue Françafrique, la présence de la France en Afrique n’a jamais été aussi bien ressentie qu’en ce moment depuis les périodes « d’émancipation » lors de l’octroi de l’indépendance aux pays colonisés. Et ce n’est pas la Côte d’Ivoire qui dira le contraire, elle qui vient d’obtenir un apport 630 millions d’euros en trois ans de la part de la « mère » France. A peine sortie, en 2011, d’une crise postélectorale qui s’était avérée meurtrière avec près de 3.000 morts, la voilà donc remise à l’étrier par son ex-colonisateur. Finalement, les anciens colonisés n’arriveront jamais à se défaire de ses anciens colonisateurs, à moins que ce ne soit le contraire ?
En tout cas, pour le compte de la Côte d’Ivoire, elle se retrouve bien embarrassée face à ce procès de Laurent Gbagbo à La Haye qui n’arrive pas à se concrétiser. La CPI hésite face à un futur procès qui risque fort de ressembler à une justice des « vainqueurs » car en inculpant uniquement Laurent Gbagbo, sans inquiéter Guillaume Soro, l’ancien, chef des Forces républicaines de la Côte d’Ivoire (FRCI), ni les autres pro-Ouattara, elle marquera sa partialité dans cet ancien conflit ivoirien. Pas facile !

Publicités