Le dernier lieu de la (s)cène malmené ?

Du 10 mars 2012

Et on se surprend en assister à la diligence et à la célérité, relative bien entendu, du pouvoir en place à résoudre au pied levé les « os » qui entravent la bonne marche des affaires de l’Etat dernièrement. Ainsi, la CAPSAT s’est vu ouvert les …vannes à l’issue d’une rencontre entre le président de la HAT Andry Rajoelina, le CEMGAM, ainsi que des représentants du COSOFAM. En clair, il a été décidé qu’à compter de ce mois, 75% à 80% des retenues sur les indemnités des militaires seront supprimées. Malgré cette nouvelle « fulgurante », dans les rangs des sous-officiers à Soanierana les avis semblent partagés, reste à voir si les sceptiques auront le dessus car selon les accords conclus avec le président de la Transition, la reprise du travail devant se faire instamment en contrepartie.
Du côté de l’enseignement supérieur également, des indiscrétions ont fait état de l’octroi de 650.000 ariary des 800.000 ariary mensuels, réclamés à titre d’indemnité de recherche, aux enseignants chercheurs à partir de ce mois de mars. Revers de la médaille, ces enseignants chercheurs n’auront droit qu’à deux mois de rappel tout en ayant l’obligation de la publication des résultats des recherches ou les statistiques de ces résultats. Le hic peut-être, mais cela reste à voir également, la fixation des heures complémentaires, ainsi que la reprise des activités pédagogiques sont exigés et seront à verser dans l’escarcelle de l’Etat !
En tout cas, voilà de quoi donner de l’espoir pour distendre les foyers de tension qui se sont égrenés ces temps derniers, surtout que les déclarations du le patron de la CIRGN, le Général Richard Ravalomanana ainsi que du Contrôleur Général de la Police Macaire Rakotondravonona à la presse sur la sécurité maximale qui prévaut à la suite de rumeur de déstabilisation ne sont pas pour rassurer. Les tracts, le jet de cocktail molotov à Faravohitra, ou le jet de grande à Antanimena ne sont effectivement pas à prendre à la légère, loin s’en faut !
D’autant que d’autres informations transmises par le général Ravalomanana Richard, concernant les attaques perpétrés par des civils contre le poste avancée de la gendarmerie d’Antsampanimahazo à Antsirabe ne sont pas non plus très rassurant, surtout quand un bilan lourd de 2 morts, 4 blessés et 5 arrestations se retrouve au bout !
L e point positif dans toutes ces histoires c’est que la capitale a été bien quadrillée par les forces de l’ordre hier pour dissuader toute forme de déstabilisation. Il est clair que les appels du pied en direction des instances religieuses de la FFKM ne font pas des que des …heureux ! L’Episcopat ayant été le dernier lieu de … « (s)cène » de cette entité, une reprise de violence à partir de ce point peut laisser plus d’un observateur scéptique quant aux suites des évènements à venir dans la capitale.

Publicités