La légende du phœnix inconnue au bataillon

DU 06 FÉVRIER 2012

On n’en n’est pas à une plate-forme près et on dirait qu’à chaque nouvelle tête qui s’essaye à occuper le devant de la scène, on en avance une, histoire d’ânonner des vœux pieux. Au top des nouveautés donc, la mise en place d’une plate-forme Ambohitsorohitra-Mahazoarivo chargée de se pencher sur les questions importantes se rapportant à la mise en œuvre de la Feuille de route, initiée par le Président de la Transition et le Premier ministre. Encore un truc de plus parmi les pléiades de …trucs déjà en place qui se chevauchent allègrement sans émouvoir personne ! Il est clair que l’exécutif actuel se laisse submerger lascivement par d’autres entités en vogue de la transition. Ces dernières semaines ont été le théâtre de prises de décision dépassant le cadre des compétences de certaines entités, empiétant sans vergogne sur les … « plates bandes » des autres. Le premier ministre en place Omer Beriziky, de guerre lasse et excédé par les prises de décision unilatérales sans aucune concertation s’élance vers une petite bouée étroite et étriquée.
Et pour cause, malgré les appels du pied sous la table lancés au FFKM pour initier une médiation, celle-ci n’a pas daigné répondre, se murant dans un silence des plus suspects. De toute les façons, cette entité œcuménique malagasy, qui est pourtant propre à la Grande île d’ailleurs, est surement appelée à disparaitre de par son endémicité surement…Cette structure ne peut plus être représentative des principales structures religieuses chrétiennes œuvrant dans l’île. En se retranchant dans son mutisme, elle ne fait qu’augmenter le schisme qui gangrène le FFKM. Pensez-donc, on a pu recenser environ 150 associations religieuses, des « Eglises » en somme, dans l’île ! C’est sur que l’audience des Eglises membres du FFKM s’est amenuisée comme peau de chagrin.
Difficile de croire que le FFKM puisse renaitre de ses cendres avec les coups durs qu’elle encaisse au quotidien avec l’endoctrinement de ses membres dans de nouvelles structures autres que celles des quatre grandes Eglises membres.
De toutes les manières, l’éventuel médiateur, ou quel que soit le terme, aura fort à faire vu les multiples brèches qui se sont formées tant du côté de l’administration que du côté de la société en général. Les problèmes récurrents concernant l’insécurité laissant transparaitre un voile de désistement des entités en charge n’est pas pour rassurer la population qui se retranche de plus en plus dans leurs positions, s’auto-défendant à qui mieux-mieux jusqu’à privilégier la loi du Talion : œil pour œil – dent pour dent. Les « dina » déjà en place n’offrant aucune garantie sur de réelle équité et impartialité continuent de faire des émules, installant une atmosphère délétère à souhait !

Publicités