Il y a de ces paradoxes dans ce bas monde mais alors…

DU 31 JANVIER 2012

France Soir avait ouvert le …bal en décembre, et voilà que le deuxième quotidien national français tire sa révérence pour disparaitre aussi des kiosques à journaux. « La Tribune », le quotidien économique, en redressement judiciaire depuis décembre, vient de tirer sa dernière édition hier. Vingt-sept ans d’information qui finit en queue de poisson pour sa version papier pour se tourner également, comme France Soir l’a fait, en version « internet » !
Coup dur pour l’ensmble du journal même après la sortie de la décision du tribunal de commerce de Paris, lundi matin: le quotidien économique La Tribune va être repris par le tandem France Economie Régions (FER) et Hi-Media qui propose de ne garder que 50 des 165 salariés, dont 31 journalistes, et malgré le projet d’une déclinaison hebdomadaire du journal. En Europe, et plus particulièrement en France, la presse va mal, du moins la presse en version papier. Malmenée par le développement exponentiel de la presse du web, les géant se sont retrouvés avec des …pieds d’argiles !
Ironie de l’histoire, France-Soir n’a pas eut autant de baraka car il n’a pu sortir son véritable « dernier numéro », la direction ayant abandonné, trop de boulot et sans le sous…son propriétaire, le russe Alexandre Pougachev avait par contre annoncé la suppression de 89 emplois sur 127 pour le passage au tout numérique !
Et on est en droit de se demander comment se fait-il que dans la Grande île, la presse écrite puisse être aussi bien portant à souhait? Du moins dans la capitale car pour être honnête, pour l’instant, les éditions et les tirages ne se font que dans la ville des milles pour la majeure partie. Et parlant de tirages… les journaux malagasy sont surement des faiseurs de miracle pour arriver à rentabiliser et survivre rien qu’avec le peu de tirage qu’ils se font !
En tout cas, « La Tribune vous salue bien ! », l’ultime titre de La Tribune qui pourrait apostropher, bien singulier mais qui plongera surement les pieds de ses inconditionnels dans sa version web. Et là encore, étonnamment, la presse malagasy arrive à prendre une longueur d’avance avec une bonne poignée des grands tirages qui se sont déjà investi dans la version web. Une dualité gérée tant bien que mal par certain, les versions de chacun différant les unes des autres dans leurs contenus. En général, la majorité se contente de convertir la version papier en version web, point par point, virgule après virgule. D’autres se différencient tout de même en offrant des versions différenciées, allez savoir pourquoi !

Publicités