Elles se sont données le mot ou quoi ? Non mais…

DU 16 JANVIER 2012

Il n’y pas à dire, les faits les plus marquants lors de ces controversées présentations de vœux à quatre voies furent les apparats de la gente féminine. Eh oui, elles se sont rivalisées à font pour sortir le top des tops en matière d’habillement et les chaines télévisuelles malagasy ne se sont pas privée pour donner des aperçus, bien que fortuites, de ce peuvent pondre les femmes malagasy en qualité vestimentaire et il y a eut de quoi !
Sans conteste, la première dame a ouvert les hostilités avec ses multiples toilettes toutes aussi sublime les unes des autres. Certains quotidiens se sont même permis d’inaugurer un style journalistique nouveau encore inconnu si ce n’est encore non pratiqué dans l’ile : la critique ! Critique de mode surement, avec des journalistes qui ont fait preuve de recherche en ouvrant une polémique sur une robe en particulier, qui a fait jaser pas mal de monde ceci dit, portée par la première dame. Une photo a même appuyé la comparaison d’une robe portée par Jennifer Lopez – à coup sur sortie d’une grande maison de mode occidentale – et que la première dame a si élégamment porté au cour de la première journée.
Une autre controverse sur l’origine éventuelle de la robe : originale ou copie ? Les malagasy qui sont tellement habitués à se contenter de copie à défaut d’avoir les moyens de se procurer des originales n’en reviennent pas que la première dame se soit permis d’opter pour une robe d’une grande maison de mode – de haute couture comme on dit, une robe RM by Roland Mouret – pour ce « nouvel an au palais » !
Mais tout compte fais, l’origine est surement des chichis de bas étage car le prix d’une de ces robes by Roland Mouret ne peut être à la portée de la première …venue, pensez donc, débourser dans les 1.200 à 1.300 euros pour une robe, ce n’est pas de la gnognote hein ! Mais comme chacun sait, les mauvaises langues ne peuvent s’empêcher de cracher leur venin, affirmant que cette fameuse robe n’est qu’une copie faite localement ! Incroyable ! Serait-ce imaginable pareil chose ? Une copie ! Juste au moment où on martèle à tout va qu’on va lutter contre la « piraterie » sous toutes ses formes, le numéro un de la transition l’a même affirmé et sur-affirmé lors de ses allocutions face aux artistes et journalistes samedi, et conforté par la même occasion avec la futur création d’une brigade de choc anti-piraterie ! Alors, dire que c’est une copie, c’est un peu prématuré… Seul hic le prix, mais comme à l’accoutumé c’est surement pris, ou sorti, de son propre porte-monnaie à ne pas en douter…My tailor is rich n’est pas un adage surfait, loin de là !

Publicités