Vaut mieux vivre à l’heure du …rugby

( du 10 SEP 2011)

En match d’ouverture, la Nouvelle-Zélande a battu le Tonga 41 à 10, la Coupe du monde s’annonce fort pour les All Blacks, qui n’ont manifesté aucun stress apparent malgré l’énorme pression qui ont pesé sur leurs épaules. L’on savait que l’entraîneur Graham Henry a été sous pression bien avant le début de ce mondial, mais somme toute, qui ne l’aurait pas été à sa place ? Les aficionados du rugby malagasy n’ont surement pas manqué l’ouverture de ce mondial où le désormais traditionnel « haka », beaucoup imité jamais égalé a littéralement scotché devant leur poste les téléspectateurs du monde entier qui ont assisté en direct à ce grand spectacle d’ouverture en son et lumière inédit.
Un spectacle à couper le souffle qui a enchanté même ceux qui n’ont rien, mais alors rien du tout d’affinité avec le rugby. Mais au moins cet évènement retransmis en direct aurait le mérite d’augmenter l’audience de rugby dans les pays où il n’a pas encore la place qui lui revient. On ne se lasse pas de mettre en avant à chaque occasion le rugby dans la grande ile où il n’a pas l’estime qu’il mérite vu les bonnes performances dont cette discipline peut se targuer d’avoir réalisé, tant au niveau régional, continental que …mondial. A moins d’être riche à jeter l’argent par les fenêtres, le pouvoir en place ferait bien de regarder par deux fois les bons rapports performances-coûts de cette discipline sportive. Car on en a vraiment marre de certaines disciplines qui déclare à chaque retour d’une rencontre internationale, que ce soit une défaite – ce qui est souvent le cas d’ailleurs – ou une victoire, avoir pu « tiré de bons enseignements » de « cette rencontre » ! Quand est-ce qu’on pensera à se doter de moyens pour gagner, vraiment gagner des titres pour ces sports collectifs ? Et surtout quand se décidera-t-on à reconnaitre la bonne discipline apte à « pondre » un titre continental ou mondial ?
Dernièrement, le rugby à 7 malagasy a décroché leur ticket pour la phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations, et ce n’est pas rien car d’autres disciplines n’arrivent jamais à figurer dans un carré de têtes dans un tournoi africain. Même les Makis dames pourront enchaîner avec le tournoi éliminatoire des Jeux olympiques de 2012 au Botswana, à Gaborone, au mois d’octobre, excusez du peu ! Et que dire des performances du duo Joda et Rila qui ont dernièrement cartonné lors du rallye de Tanzanie ? Les vrais « performers » ne sont jamais ceux auxquels on s’attend le plus à Madagascar, on s’évertue toujours à miser sur le mauvais cheval, à moins que l’on sache déjà que c’est pipé d’avance et que cela importe peu ?

Rila Ranaivimampianina en Afrique

Publicités