Tout ça pour … ça ? (ou 100.000 barils par jour à la clé)

(du 19 SEP 2011)
Enfin une embellie dans ce marasme constant où était tombé la grande ile depuis le début de la transition. Ces longs mois d’attente, pour accoucher finalement d’une feuille de route de sortie de crise pas très loin de ce que bon nombre de gens avaient pourtant avancé depuis belle lurette mais que la majorité n’avait pas voulu adhérer consensuellement. Et puis d’un seul coup, vlan, la feuille a été signée officiellement par la quasi-totalité des groupes politiques du pays vendredi 16 septembre au soir. La SADC, a fini par se pencher sur le cas malagasy et d’accéder aux requêtes et aux doléances avancées de part et d’autres des protagonistes. Ainsi donc, le contenu du texte de cette feuille de route prévoit la transition sous l’égide d’Andry Rajoelina mais avec des institutions élargies aux mouvances d’opposition, et surtout le retour« sans conditions» de Marc Ravalomanana. Seule couac, la mouvance de Didier Ratsiraka n’a pas signé le document mais cela pourrait-il être un facteur bloquant dans la situation actuelle ?
Toujours est-il qu’on est en droit de se demander quels seront les conséquences d’un tel acte pour l’avenir politique et économique de la Grande Ile. Surtout après certaines révélations sur les avoirs miniers de la Grande ile après l’annonce de la découverte de gaz naturel à Sakaraha par « Madagascar southern petroleum compagny ». En sus, comme par effet de domino, la compagnie « Madagascar Oil » a revu à la hausse ses estimations sur les réserves de pétrole à Tsimiroro : simplement renversant, la précédente estimation de 965 millions de barils (estimation 2010) est passée à environ 1,7 milliard de barils (mise à jour 2011), soit une augmentation de 75% ! Madagascar pourrait détrôner les autres pays producteurs et être parmi les premiers fournisseurs mondiaux de pétrole. Reste à savoir à qui cela va profiter réellement car en Afrique, l’expérience a montrée que le peuple autochtone profite rarement des retombées financières de l’extraction de pétrole, les magnats du pétrole s’en mettant toujours plein les poches, moyennant des bakchichs bien placés.
La feuille de route prévoyant des négociations entre les forces politiques pour un partage du pouvoir jusqu’à l’organisation d’élections législatives et présidentielle, Andry Rajoelina restant toujours président de la transition. Recomposition du gouvernement, du Parlement et de la CENI à l’horizon avec un nouveau Premier ministre? Ça reste à voir avec cette grosse manne qui qu’est le pétrole qui fera son tabac d’ici cinq ans, tout reste à gagner pour les politicards de la Grande Ile.

Publicités