Performances riment à quoi pour la Grande ile ?

( du 08 SEP 2011)
C’était bien prévisible, maintenant on sait que les Makis à sept ont décroché leur ticket pour la phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations, phase finale ayant à la clé une éventuelle qualification pour les Jeux olympiques de Londres, tout simplement ! Ainsi, les deux meilleures équipes de ce tournoi iront rejoindre les équipes qualifiées d’office aux Jeux olympiques, l’Afrique du Sud et le Kenya. Encore de belles performances pour une discipline sportive qui n’a pas eu l’estime qu’elle mérite depuis le temps. D’ailleurs, il n’y pas que le rugby qui se coltine les belles performances sportives à l’international. En effet, une équipe de pétanque composée de Tina Razanadrakoto, Christian Andrianiaina, Jean Marc Ratolojanahary et Mandimby Alain Samson se permet de tutoyer les meilleurs mondiaux dans cette discipline aux Masters de France 2011.
Rares sont les sports d’équipe qui arrivent à se hausser au niveau mondial pour Madagascar, pour ne pas dire qu’il n’en existe qu’un seul, et c’est la pétanque. L’on sait que le Mondial dames en pétanque se tiendra du 21 au 23 octobre à Kemer-Antalia, Turquie et sera précédé de celui des jeunes, prévu du 17 au 19 octobre. Voilà des compétitions auxquelles la fédération fait un grand appel du pied à l’Etat pour le soutenir dans l’envoi des compétiteurs. Reste à savoir si le pouvoir en place compte appuyer ces joueurs.
En tout cas, quoiqu’on puisse en dire, pour le dit « sport roi » qu’est le football, c’est couru d’avance : peu de chance d’atteindre ne serait-ce que le niveau continental vu les mauvaises performances qu’ont essuyées les différentes « versions » des Baréa. Qu’on s’évertue à trouver du positif dans une défaite est des plus aberrants, les U-23 ont essayé, ils ont été battu, c’est donc est échec sans plus. Sans pousser jusqu’à dire que c’est de l’argent jeté par la fenêtre vu l’absence de résultat « positif » (une victoire pour ceux qui n’arrivent pas à suivre), on peut avancer qu’ailleurs les besoins pour des compétitions de niveau « mondial », excusez du peu, se font ardemment sentir, reste à savoir où mettre les priorités : entretenir la médiocrité ou pousser à de belles performances ? Et encore, en faisant le rapport « qualité-prix » on y gagnerait surement… une équipe de foot et son staff ça doit consommer énormément non ? Enfin, par rapport à quelques triplettes …Mais bon, à chacun sa façon de voir…


Tiana Razanadrakoto aux Masters de France 2011

Publicités