Or noir : et en avant pour la curée

( DU 15 SEP 2011)
Serait-ce le top pour la curée en Libye ? On est dans l’expectative en sachant que le président français, épaulé surement du premier ministre britannique comptent se rendre en Libye sous peu. Evidement, l’enjeu est trop grand pour que Sarkozy puisse patienter jusqu’à la capture de Kadhafi, car n’étant pas les seuls en lice pour partager la manne des avoirs libyens, notamment concernant les juteux contrats pétroliers, les français se démènent pour être les premiers à conclure. Et voilà que la ruée vers … le pétrole a pris son envol. Quand on sait que Jeffrey Feltman, secrétaire d’Etat adjoint chargé du Proche-Orient, a déjà avancé au numéro un du CNT, Moustapha Abdeljalil, que les Etats-Unis rouvriraient leur ambassade le plus tôt possible en Libye. La compétition s’annonce rude pour les protagonistes dans cette « guerre pour l’or noir » en Libye.
C’est un peu vendre la peau de « Kadhafi » avant de l’avoir tué … car pour l’instant, les insurgés du CNT se heurtent encore une forte résistance de la part des forces pro-Kadhafi. Cela a pour effet de donner du fil à retordre aux troupes insurgées du CNT qui n’arrivent pas couvrir toute la Libye.
Un fait assez révélateur pour la France qui, il ne faut pas oublier, a participé massivement au renversement du régime de Kadhafi, l’éventuel déplacement du numéro un français se ferait d’une façon inédite digne des grandes réalisations hollywoodiennes : une cohorte de plus d’une centaine d’hommes armés fera partie de ce déplacement sans que cela puisse soulever le moindre holà ! Un déplacement en terrain conquis donc pour Sarkozy et sa suite. On est peut-être loin du scénario des américains à Mogadiscio…
Pour l’instant, on sait que Bani Walid, le fief d’une tribu fidèle à Kadhafi, les Warfalla, avec la ville natale de l’ancien dirigeant, Syrte, ainsi que l’oasis de Sabha dans le centre du pays restent les derniers bastions encore contrôlés par les forces pro-Kadhafi. Ainsi, la menace d’une attaque des partisans de Kadhafi plane toujours sur la capitale d’autant que le guide libyen, capable du pire, reste encore introuvable jusqu’à maintenant.
Mais qu’à cela ne tienne, l’heure de la curée sonnera bientôt pour les charognards d tout bord, la mainmise sur les avoirs pétroliers est indiscutablement le principale enjeu, tant pour ceux de la CNT, avides de se gaver des « pétrodollars », que les pays occidentaux qui veulent s’assurer d’encore plus de réserve de source d’énergie que constitue le pétrole libyen, la Libye est telle un « tantely afa-drakotra » ouverte à tous les prédateurs …

Publicités