CPI ce n’est pas cher payer

(du 14 SEP 2011)
Forcément, il n’y aura plus de limite, tout le monde peut ester pour « crime contre l’humanité », et tout le monde peut être traîné, quasiment sans exception, à cette Cour pénale Internationale. Fouler aux pieds le sacré et le tabou est devenu un sport favori en ce début de millénaire. On est plutôt abasourdi de savoir que des victimes de prêtres pédophiles viennent de déposer plainte devant la Cour pénale internationale contre le pape ainsi que d’autres responsables de l’Eglise catholique pour « crime contre l’humanité ». Chose impensable il y a une dizaine d’année mais qui est en passe de devenir d’un banal mais alors… c’est tout de même un sacré coup de pied dans la fourmilière !
Mais il faut reconnaitre aussi que l’Eglise catholique a prêté le flan aux attaques de ses détracteurs et, pénurie d’effectif oblige surement, a inclus trop de déjantés dans les rangs des prélats de cette Eglise. Il est bien tout de même de relativiser : les associations de victimes qui se sont plaint auprès du tribunal de la Haye proviennent principalement des pays d’Allemagne, des Etats-Unis, des Pays-Bas et de Belgique et visent le pape et trois autres hauts responsables de l’Eglise catholique « pour leur responsabilité directe en tant que supérieurs hiérarchiques ».(sic) Apparemment, les loups sont dans la bergerie et l’Eglise catholique à du mal à le reconnaitre et de facto n’arrive pas à nettoyer ses rangs.
L’on se souvient des textes d’un défunt artiste rocker malagasy qui, il y a plus d’une vingtaine d’années de cela, a déjà fustigé le clergé et ses prélats pour les mœurs « bridés » qui se pratiquaient dans l’ombre des … soutanes ; on en riait tout en le maudissant d’oser blasphémer ainsi… mais comme on dit, il n’y pas de fumée sans feu et « Jeneraly », car c’est lui le fameux artiste, n’aurait pas jamais pensé tirer à boulet rouge sur les prélats sans avoir eu connaissance de dessous « pas clair » en ce temps là.
Les internats ont surement eu des histoires pas nettes que seuls les anciens élèves internes de ces établissements d’enseignement catholiques peuvent savoir. De là à les faire cracher le morceau…ce sera une autre paire de manche. En tout cas, pape, ainsi que les trois cardinaux dont le secrétaire d’Etat et numéro deux du Saint-Siège, l’Italien Tarcisio Bertone, son prédécesseur Angelo Sodano, également Italien, et le préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, l’Américain William Levada, auront fort à faire pour redorer leurs blasons.

Tarcisio Bertone

Publicités