« Deux Peuples, deux Etats » : une utopie en 3D

(du 20 SEP 2011)
Les plus sceptiques diront que c’est encore loin d’être gagné, mais au vu de ce qu’endurent les autres pays pour être reconnu sur le plan international, c’est un moindre mal ce qui se passe dans la grande ile actuellement. Pour les palestiniens, dans l’expectative depuis un certain jour de juin 1967, en lorgnant sur la demande de reconnaissance de leur Etat qui sera soumise à l’ONU vendredi, ce sera une autre paire de manche ! Pour sûr, il y a très peu de chance de voir aboutir pareille requête à l’ONU, mais qui ne demande rien n’a rien, c’est connu. D’autant qu’à la clé, les sanctions économiques qui pourraient s’ensuivre ne sont pas à écarter. Le lobbying juif étant ce qu’il est, sûr que les Etats-Unis ne manqueront pas d’opposer leur véto !
Avec les manips de hauts vols qui se pratiquent actuellement, on ne sait plus sur quel pied danser. Les coups pourris assenés à DSK pour l’écarter de la scène politique française sont assez révélateurs, n’en déplaise à ceux qui réfutent la thèse du complot. Car d’aussi loin que l’on s’en souvienne, un certain Dominique de Villepin a été aussi botté en touche pour une sombre histoire pas claire de « Clearstream » en 2006 pour « complicité de dénonciation calomnieuse ». Les points communs aux deux politiciens : présidentiable et potentiellement dangereux dans la course à la présidence française, mais qui furent inquiétés au mauvais moment et puis …relaxés et lavés de tout soupçon un peu plus tard… Comme quoi, tout peut arriver.
Quelque part, ce besoin de légitimité de l’Etat palestinien pourrait lui rendre une existence en tant qu’Etat souverain plus sereine. Ces révolutions, apportées par le vent du printemps arabe, associées à la crise économique mondiale pourraient bien être favorables à la réalisation effective du tant dénié mais tant espéré également « deux Peuples, deux Etats ». En tout cas, ce cas israélo-palestinien est une grosse épine au pied de l’ONU depuis le jour où elle avait décidé de créer l’Etat d’Israël, ce jour du 29 novembre 1947, qui vit l’adoption de la résolution 181 préconisant le partage de la Palestine, sous mandat britannique depuis 1920, en un État juif et un État arabe. Aujourd’hui, il n’y plus personne pour regretter une telle décision…sauf peut-être les palestiniens, …surement les palestiniens…

Publicités