Et ces « grosses têtes » qui n’en font qu’à leurs têtes

(du 24 AUG 2011)
Aux dernières nouvelles, les rebelles ont pénétré dans le complexe fortifié de Mouammar Kadhafi à Bab Al-Azizia. Beaucoup pensent que la fin est proche pour le leader libyen, et l’ensemble des évènements en Libye y converge. A des milliers de kilomètres de Tripoli, quelque part au milieu des newyorkais, un certain DSK reprend son souffle après que le juge ait abandonné les charges contre lui. Le gros de ses soucis est parti en fumée, reste qu’il doit encore affronter une plainte au civil déposée par Nafissatou Diallo, ainsi que deux autres actions intentées en dans son pays, la France. A n’en point douter, son retour dans l’hexagone serait comme une libération sans aucun doute, mais aux Etats-Unis, ce soulagement sera des plus mitigés car la justice américaine peut disposer de trente jours pour lui remettre son passeport et l’on ne peut être sûr de la bonne volonté des américains sur ce chapitre là.
La grande surprise sera surement la décision de DSK au sujet des primaires du PS. Rien pour l’instant ne peut l’interdire d’y participer, s’il arrive à temps en France, mais la décence tant soulevée permettrait-elle de le laisser s’y engager ? Quelle controverse pour cet ancien homme fort du FMI, et quel coup dur pour ceux qui ont compté sur lui pour les présidentielles, mais bon, avec le doute qui s’est incrusté dans le subconscient des français, s’y investir serait pour lui des plus hasardeux. On est loin des facéties des politicards malagasy qui se moquent bien d’avoir été mis en d’aussi mauvaise posture, si toutefois ils se laissaient faire !Ce mythe de l’impunité des politicards est si ancré dans l’esprit des malagasy que ça en est devenu une seconde nature. Rien qu’à voir les opportunistes de tout acabits dans la grande ile qui se parent volontiers des atours des tenants du pouvoir pour faire pression sur tout et partout. Il est entrée dans les mœurs de voir ces grosses voitures noires aux vitres teintées qui s’ouvrent des passages dans les circulations encombrées de la capitale à coup de sirène ou de klaxon, de feux de détresse, osant se garer partout et n’importe comment sans se soucier des autres usagers de la route ; Même les policiers de la circulation n’arrivent plus à les réguler, certains foncent même à vive allure au risque d’écraser le policier qui s’essaye à les opportuner. C’est pire que ce qu’ont vécu les soviétiques avec les voitures Zil des officiels, mais ça c’était à une autre époque et sous d’autres cieux, à moins que ce ne soit qu’une « transposition » ?

Zil de l’ancien URSS

Publicités