Aux grands maux les grands remèdes ?

(du 16 AUG 2011)
L’insécurité de plus en plus pesante tout au long des routes nationales de la Grande Ile est un fait indéniable. L’absence de solution tangible et efficace pour « sécuriser les biens et les personnes » sur ces « zones là est un autre fait connu de tous. Chose surprenante, à l’instar de la RN7 ET RN34, pour faire face à la recrudescence de l’insécurité, on a tout simplement choisi la solution de facilité, radicale, d’interdire d’y circuler en voiture sur une tranche horaire bien déterminée : entre 22heures et 3 heures du matin. Cette décision a été prise conjointement parait-il, par la région Vakinankaratra, les forces de l’ordre et la justice. Ça s’apparente à un couvre-feu en somme ! Ce genre de mesure est généralement pris s’il y a une déclaration d’une loi martiale ou d’un état de siège ! On va surement s’y engouffrer tout doucement, « moramora-ment » ?
Alors, au moins cet effectif pléthorique dont dispose l’armée malagasy sera enfin exploité à bon escient ? Allez savoir ! Déjà qu’on peut s’étonner que les plus forts contingents de ces militaires se retrouvent dans les grandes agglomérations de l’ile. La logique aurait été de renverser les proportions dans cette fameuse « armée malagasy », plus de gendarmes et moins de … militaires dont l’utilité est inversement proportionnelle à leur nombre pour l’instant ! Loin de s’immiscer dans les affaires des militaires, mais tout de même, on sait quelles portions de route sont les plus dangereuses, alors pourquoi ne pas « parsemer » des militaires tout au long de ces tronçons pour aller au plus simple ? On en met bien dans les parkings et autres centre commerciales de la capitales alors… Le pire c’est que là il n’y même pas de menace extérieure, on n’est même pas attaqué par une armée étrangère, et on se retrouve incapable de sécuriser correctement ces routes, deux malheureuses routes nationales, alors à quoi bon disposer d’une armée qui n’arrive même pas à sécuriser deux petites routes? Le principe de la libre circulation des biens et des personnes est en passe d’être surfait dans cette ile qu’est Madagascar à ce rythme là, car qui pourrait assurer que demain, ce ne serait pas le lot de la RN2 ou d’une autre RN …lambda? Le pire c’est de constater les désœuvrements, apparents, des militaires dans leurs cantonnements en ville, car les casernes se retrouvent en plein centre ville actuellement vu l’extension effrénée des villes, et la population qui ne s’y retrouve plus face à pareil situation. Autant implanter des postes avancés tout au long des routes, organiser des patrouilles, et pourquoi pas, mettre à contribution les communes et autres localités en difficulté pour supporter les charges? Car il n’y a pas que les riches particuliers qui ont besoins d’être sécurisé par des représentants de l’ordre …armée par les temps qui courent pardi !

Publicités