Madagascar, un hub préféré des trafiquants ?

Abdel Fatah Younès l’ancien bras droit de Kadhafi dont la tête a été mise à prix pour 2,5 millions de dollars aurait, semble-t-il, été tué. Règlement de comptes au sein du CNT libyen ou embuscade réussie des hommes du colonel Kadhafi ? La question reste encore entière. L’OTAN reste embourbé dans cette guerre sans nom en Libye et bien sur, bien que rarement mentionné dans les infos, c’est la population qui morfle quoiqu’il puisse se passer. Après cette « disparition, des divisions au sein de la rébellion risque fort de faire jour.
A chacun son lot en tout cas, pour la grande ile et sa « crise » qui se poursuit, les grognes dans les universités de la Grande Ile, commencent à faire des vagues pour aller vers des extrêmes pas du tout reluisants. Ainsi, les étudiants de quatrième année, préparant leur mémoire de fin d’études à l’université d’Antananarivo, ont bloqué l’entrée à l’université en raison du non-paiement de leur bourse d’études. Par contre, à l’université de Tuléar les étudiants sont en grève mais ont choisi une autre voie allant jusqu’ à séquestrer 10 personnes dont deux femmes, sept enfants, et un homme. Des pratiques de terroristes qui ne font aucun discernement, « frappant » presque à l’aveuglette en entrainant des femmes et des enfants dans la spirale de violence qu’ils ont engagé ! Et dire que ces grévistes aux termes de leurs études, s’ils y arrivent, auront des postes à responsabilité ! Bonjour la galère d’ici quelques temps alors !
De toute façon, Madagascar a viré sa CUTI depuis quelques temps, aux dernières nouvelles, la Grande Ile serait devenu une véritable plaque tournante pour le trafic de drogue au niveau de la région de l’Océan Indien. Les mauriciens en savent quelques choses ! Les trafics de bois de rose, autant ne plus en parler, depuis le temps que ça perdure, c’est que c’est en passe de devenir une occupation régulière ? Les trafics de drogue sont en tout cas dans une voie ascendante si on fait le compte des prises qui se sont fait ces dernières semaines ici et à l’ile Maurice. Sur que ce n’est qu’une partie apparente de l’iceberg. Pareil pour les trafics d’espèces d’animaux rares, les dernières prises à l’aéroport d’Ivato ne sont surement qu’une infime partie de ce qui se tramait sur le secteur, la disparition continue des tortues à soc, dont la population est estimée entre 440 et 770 dans le monde, ne s’est pas faite en un jour loin de là!

Publicités