Ça compte pour du beurre ?

Voilà les vautours qui se jettent sur les restes de DSK. A peine sa démission « consommée » que voilà déjà les candidats à sa succession qui se bousculent au portillon. Le week-end dernier a vu en effet la candidature de Christine Lagarde pour le remplacer. L’on sait que depuis 1946, la direction générale du FMI a toujours été occupée par un Européen, un arrangement tacite avec les Américains qui sont à la tête de la Banque mondiale. Elle a déjà, semble-t-il, reçu le soutien de son homologue britannique, George Osborne, et de l’Allemand Wolfgang Schäuble. Une candidature au pied d’argile pourtant pour ce ministre français car elle traine déjà derrière elle des casseroles. Des journaux français ont mentionnés dans leurs parutions qu’elle pourrait être mêlée à une affaire judiciaire, un procureur français l’ayant récemment lié à l’ex-homme d’affaires Bernard Tapie dans un dossier, la menaçant même de la possibilité d’une éventuelle enquête là-dessus. Mais tous ça relèvent de la « haute voltige », le commun des mortels n’ayant à se soucier que de sa pitance du jour loin de se soucier du sort réservé à l’ex-patron du plus grand club de financement de la planète.
Si on considère le FMI, on tomberait dans la démesure, au niveau de la Grande Ile, où financer un déplacement sportif, vers un sommet mondial de surcroit, relève d’un parcours du combattant. Ainsi, les six tireurs malagasy qui étaient en lice à la Coupe du monde de kick-boxing à Szeged, en Hongrie, ont eu toutes les peines du monde pour arriver à cette compétition. Les 10 000 euros nécessaires à l’hébergement, le déplacement, les frais d’adhésion à la compétition ont failli ne pas être matérialisés, mais sous l’impulsion du président Briand Randrianirina les compétiteurs ont finalement pu y aller, et avec quels résultats ! Six participants pour six médailles récoltées et pas des moindres : trois d’or, deux d’argent et une de bronze tout simplement ! Des champions du monde ! Les résultats parlent d’eux même : des sportifs méritants. Et dire qu’il ya des disciplines qui sortent en horde du pays, financés, pour des éliminatoires, et s’en reviennent bredouilles, pour des … nèfles quoi !

Publicités