« Et d’un » pour Ben Laden et Cie

Comme promis, « la vengeance sera terrible », les pakistanais n’ont pas attendu bien longtemps pour s’en rendre compte. Les Talibans du Pakistan (TTP) ont revendiqué un attentat à la bombe ayant occasionné la mort de près de 80 personnes, majoritairement des cadets d’un groupe paramilitaire de la police, dans le nord-ouest du Pakistan. Encore loin du pays de l’oncle Sam, cette violence risque bien de prendre l’allure de prémices d’attentats que les disciples de Ben Laden ne manqueront pas de fomenter contre le monde occidental et ses alliés et plus particulièrement les Etats-Unis d’Amérique. Bien sur, les USA assurent qu’aucune tentative d’attentat n’est en cours forts de la découverte des centaines d’e-mails que Ben Laden avait envoyé grâce à une clé USB qu’un « coursier » se chargeait d’envoyer depuis un cybercafé. Mais c’était avant la « mort » présumé d’Oussama, l’après sa mort est en train de s’écrire. On peut se féliciter ici dans la Grande Ile d’être hors du le terrain de jeu des terroristes de tout poil, car avec les griefs à l’encontre de l’Aviation Civile de Madagascar émis par les instances européennes concernant la sécurité et la sureté, il y aurait longtemps qu’on se serait fait griller à toutes les sauces par les terroristes. En tout cas, on croise les doigts afin que rien n’aborde dans ce sens. Ce n’est pas pour minimiser l’incident survenu hier au niveau de la station Total Tsiazotafo où une grenade défensive avait explosé vers 13h30 blessant un enfant, mais cela n’est que de la gnognote comparé aux bombes qui tuent des dizaines de personnes.
D’ailleurs, à la veille du sommet de la SADC, les têtes bouillonnent et les esprits s’échauffent, les velléités de violence de part et d’autre se réfrènent difficilement. On ne sait si la date réelle du 22 mai à laquelle sera débattu le cas de la Grande Ile au lieu du 20 qui n’est que l’ouverture du sommet y est pour quelque chose ou bien si c’était la date fatidique du 13 mai d’hier qui a fait le sang de certain jusqu’à être violent. Quoiqu’il en soit, organiser « des élections présidentielles avant la fin de l’année », pour sortir la grande île de l’impasse devient le leitmotiv de l’homme fort de la transition auquel il ne se garde pas de faire part lors de ses moult déplacements de ces derniers jours. En tout cas, le soutien de la France est plus qu’acquis pour le pouvoir en place, reste à finaliser par un drop si le …vent est favorable.

Publicités