Italie, la planche de salut de service

Ailleurs, dans un pays qu’on a l’habitude de porter aux nues, le point d’indice, qui sert de base au calcul de la rémunération des fonctionnaires, ne sera pas revalorisée. En 2011 et 2012, la France, car c’est d’elle dont il s’agit, s’est engagée à assurer une progression raisonnée du pouvoir d’achat des fonctionnaires en s’abstenant d’augmenter le point d’indice qui est un des éléments assurant l’augmentation du pouvoir d’achat. Dire à force de mystifier le système français, on a fini par croire que là bas tout va bien dans les meilleurs des mondes et pourtant, à les entendre, ils sont plutôt à plaindre ces fonctionnaires français. Contrairement à ce qui se pratique dans la grande ile où c’est devenu une tradition d’augmenter bon an mal an l’indice des fonctionnaires d’au moins 10%, surement un signe de bonne santé du pays, les français, du moins les fonctionnaires, sont astreint à se serrer la ceinture. Finalement, il n’y a pas de quoi s’inquiéter pour la Grande Ile, tout baigne !

D’autant que dans le contexte de hausse de prix du baril de pétrole, le président de la HAT a pu trouver la parade en imposant des tarifs relativement bas aux pétroliers locaux non sans faire grincer les dents à ces derniers. Quoiqu’il en soit donc, les automobilistes pourront continuer à rouler tranquille, en appuyant moins sur l’accélérateur histoire d’économiser un peu et polluer moins. Même la compagnie aérienne nationale Air Madagascar qui a failli être admise sur la liste noire des compagnies aériennes par les autorités européennes s’est vu être remonté le moral, avec la promesse d’un remède miracle. Bref, il y a de quoi voir la vie en …rose. Tout est loin d’être morose. La parade d’Air Madagascar ne s’est pas fait attendre, l’exploitation continuant toujours, des affrètements sont prévus à compter du 21 avril 2011 pour assurer les vols entre Madagascar et la France. Ainsi, un Boeing 767-300 ER, encore et toujours, « d’Air Italy » sera affrété pour assurer les engagements déjà contractés. Décidemment, quel que soit le régime de transition, l’Italie est l’ultime bouée de sauvetage pour une ile en déperdition. Une dizaine d’années auparavant, une certaine compagnie « Blue Panorama » était venue à la rescousse pour relever la tête d’Air Madagascar. Depuis, Blue Panorama a fait du chemin pour avoir une certaine envergure si ce n’est une envergure certaine. Surprenant que le salut vienne toujours d’ailleurs.

Publicités