Bisbille-party entre la France et les Comores ou poisson d’avril ?

Les comoriens croient toujours dur comme fer que l’ONU ne s’était pas trompée en 1976 en affirmant que Mayotte est comorienne. Mais pour l’instant la réalité est toute autre, Mayotte est en passe de devenir un département français. Eh oui, le 101ème département français et la France à œuvrer au maximum pour y aboutir, ne serait-ce que la petite futilité de frapper une pièce de 10 euros à l’effigie de Mayotte, 50.000 pièces ont été ainsi frappées. Malgré cela, l’accouchement du nouveau département met du temps à venir, le vote pour installer le nouveau conseil général ayant été reporté à dimanche faute de quorum ! Décidemment cet imbroglio inextricable pour les comoriens concernant leurs revendications sur l’appartenance de Mayotte à L’Union des Comores réserve bien des surprises.

Dernièrement la surprise a été de taille pour les ressortissants comoriens car la France vient de décider la suspension de l’octroi de visa pour la France. Un coup dur assurément quand on sait l’importance de la communauté comorienne, supposé être mahoraise, en métropole ! Mais c’est la réponse du berger à la bergère quant à la bisbille permanente que se font les deux pays, car le bras de fer a été engagé entre les Comores et la France dernièrement avec les expulsions de comoriens de Mayotte, auxquelles les comoriens ont répliqué un refoulement à la frontière de ces expulsés, raison invoqué : pas de papier ni de titre de séjour pour les Comores ! Culoté comme truc mais les comoriens n’en avaient cure, pareil procédé n’étant pas une première.

Une trentaine d’années de désaccord et de mésentente à propos de l’ile Mayotte a mis l’Union des Comores dans une position d’infériorité, comme une tare de la colonisation passée que les autochtones s’essaient à oublier mais qui se ravive toujours comme avec ce coup de massue de la suspension de visa pour la France, et qui par ricochet risquerait de fermer la porte à toute l’Europe. Car comment peut-il en être autrement puisque la France est la représentante de l’Union européenne aux Comores ? Surement que cette rupture entrainera comme corollaire la suspension des visas vers les autres pays européens. Situation assez humiliante pour les comoriens qui seront condamné à être privé de déplacement vers l’Europe, être coupé de leurs familles qui s’y sont installées. On le sait d’ailleurs, l’une des sources de devise des comoriens est l’envoi d’argent de la diaspora, beaucoup plus nombreux que ceux qui sont restés au pays, pour aider.

Publicités