Laissez souffler l’Afrique

Un ouragan de sécession s’abat sur l’Afrique depuis quelques mois. Les pressions sécessionnistes se font de plus en plus sentir dans le continent noir, là où des crises et des conflits internes émergent. L’Union Africaine ayant montré ses limites dans la résolution des conflits, les différentes communautés commencent également à s’essouffler, la CEDEAO ou la SADC n’arrivent pas à s’établir en bon négociateur dans les différends entre factions dans les pays à problème. Allant de la Côte d’Ivoire au Soudan, en passant par Madagascar ou la Somalie, et bien d’autres encore.

Le soudan a pour ainsi dire ouvert la voie avec le Sud-Soudan qui s’est soumis à un vote référendaire sur son indépendance hier. Il est tout de même bon de souligner que ce scrutin est l’ultime issue pour mettre fin à deux décennies d’une guerre civile ayant fait près de deux millions de morts. Seul hic à ce processus, le vent de la sécession s’est levé pour souffler sur l’Afrique, cet Afrique qui a subi le découpage territoriale des pays européens colonisateurs qui s’est fait sans considération des populations autochtones qui se sont retrouvées éparpillées sur plusieurs pays frontaliers actuels ou qui ont été contraint de constituer un unique pays malgré les éventuels antagonismes et différences de cultures qui existaient mais que les colonisateurs ont passés outres. Maintenant, à la suite de ce qui se produit au Soudan, d’autres pays africains risqueraient de prendre le pas et se diviser en suivant cet exemple. La Côte d’Ivoire est au bord de la séparation sans la présence internationale sur ses terres. En tout cas, le Soudan avec le Nord musulman et le Sud chrétien, risquerait à terme de replonger prochainement dans une guerre civile.

Mais au fond, avec les mouvements qui se sont produit dans les Balkans et l’indépendance des « petits pays » après des luttes et des guerres, l’exemple n’était –il pas déjà en marche depuis bien longtemps et depuis des contrées plus lointaines ? L’Afrique commence à se démettre des limites et frontières qui ne correspondaient à rien pour sa population originelle. Quelque part, la boite de pandore a été ouverte depuis bien plus longtemps en Europe mais que la communauté internationale s’est évertuée à ignorer le processus en marche pour l’Afrique, forçant la cohabitation subie de différentes communautés depuis près de deux siècles de colonisation et « d’indépendance », ainsi que l’éparpillement d’autres sous différents pays préétablis.

Publicités