Et vaille que vaille, et paie qui paie 

Voilà la fin de l’année qui pointe son nez, avec son lot de petit malheur pour les uns et de petit bonheur pour les autres. C’est en fait en cette période que les petits profiteurs, ou grands c’est selon leurs envergures, mettent du beurre dans leurs épinards. Bon nombre d’entreprises, qu’elles soient petites, moyennes ou grandes se font racketter « superbement » en cette fin d’année. Elles sont nombreuses les associations de fonctionnaires, tantôt de la fonction publique, tantôt de la justice, des forces de l’ordre ou les grandes institutions de la « République » qui se font du blé sur le dos des entreprises en sollicitant ces dernières de les « aider » dans leurs « œuvres sociales ».

La majorité des entreprises, pour « ne pas avoir de problèmes » durant l’année à venir obtempère et participent, vaille que valle, aux œuvres ! Elles se sentent obligées pour ne pas avoir de mauvaises surprises par la suite ! Certains se demandent si ces associations, qui ne se manifestent qu’en cette période, existent vraiment mais n’osent pas franchir le pas de s’enquérir sur le bien fondé de celles-ci. Et voilà, chacun crache dans le bassinet, même en plein marasme pour s’attirer les bonnes grâces de ces employés qui se font un sérieux pactole à fortiori, vu qu’ils ont sous leurs mains une base de données non négligeable fourni pour l’Etat…ou par l’Etat en principe…

Résultats des courses ? C’est archi-connu : ce sont toujours les mêmes qui casquent ! Les imposables, ceux du circuit formel, se doivent de s’acquitter de leurs impôts, comme il se doit – pour les autres- et ce sont toujours ces zobs là qui se font plumer par une, deux, trois (voire plus) entités qui se présentent en leurs locaux pour soutirer encore et encore plus pour une fin d’année faste pour certains. Il y en a qui sont doués pour trouver le bon filon durant la bonne période, un filon de filou en somme et qui n’est pas près de s’arrêter ! Ils ont bien raison ceux qui ont pris pour habitude de partir en vacances et fermer boutique pour la période de fin d’année, comme ça ils peuvent échapper à la prédation ! Quoique cela reste à prouver, l’anticipation n’est pas à sens unique !

Publicités