Audaces fortuna juvat

Il semblerait que la messe est dite ! Les législatives auront lieu le 16 mars 2011 prochain, anticipant les élections communales « prématurées » de ce mois de décembre 2010. Une grande opportunité pour les jeunes loups qui se sont trouvés une vocation dans la politique durant les prémices de cette transition, mais une aubaine également pour l’équipe du président actuel de la transition qui n’attendait plus qu’une telle opportunité pour asseoir, plébiscite issue du référendum aidant, la notoriété du mouvement initié par ce dernier. Pour continuer l’ensemble des projets et des actions entreprises, briguer un mandat pour assurer la continuité est surement une nécessité absolue, tant au niveau du législatif que de l’exécutif. Les multiples projets déjà mis sur les rails durant cette transition pour ne citer que la réfection de la nationale 44, les travaux de réhabilitation de la RN 35 reliant Mahabo et Morondava, le lifting d’Antsonjobe, les nouveaux hôpitaux …auront besoin d’un maximum d’appui dans cette quatrième république.

Un nouveau pari en tout cas pour arriver à mobiliser une nouvelle fois l’ensemble des électeurs. Cette fois-ci, les délais impartis pour pareil consultation ont été respectés, les remontrances sur la précédente consultation concernant le temps, relativement court, pour la convocation des électeurs ont été éventées. La population n’auront plus qu’à « subir » les assauts des futurs candidats, et il y aura foule assurément qui se bousculeront au portillon, qui se démèneront comme d’habitude à déblatérer et arguer à tour de bras pour gagner les faveurs des électeurs. Ce qui est sur pourtant, c’est que ces temps derniers, le quotidien prend le dessus sur la population qui s’est résignée à passer les périodes des fêtes de fin dans l’austérité, porte-monnaie oblige !

Pour le pouvoir en place, s’armer d’audace et de célérité est devenu le leitmotiv, c’est bien connu, la fortune souri aux audacieux ! Car ni pour l’opposition qui ne reconnait pas d’ailleurs le pouvoir en place, ni pour la Plate-forme nationale des organisations de la société civile de Madagascar (PFNOSCM), la tenue de ce prochain rendez-vous avec les urnes ne tient pas la route, ça les a pris de court en fait ! Un coup de poker qui risque fort de faire gagner toute la table, nonobstant l’existence de désaccord sur cette date ou le bien fondé même de ces élections, bien loin des démarches consensuelle et inclusive tant attendues.

Publicités