Chat échaudé dite-vous ?

Mais quel mouche a bien pu piquer la France et consort d’avoir voulu adouber Alassane Ouattara en Côte d’Ivoire ? Voilà qu’une embrouille de première s’installe encore une nouvelle fois dans ce pays. Et si ce pays se scindait en deux après les coups de tête des deux « candidats » ou des …deux présidents ? Une éventualité à ne pas écarter, un scénario inédit qui prendrait à contrepied tous les grands penseurs de la démocratie !

Une hécatombe est en train de couver au train où vont les choses, rien qu’à voir le scénario déjà éprouvé quelque part au large du grand continent noir : les partisans sans armes d’ Alassane Ouattara ont été envoyés dans les rues afin de s’emparer des bâtiments de la télévision nationale RTI et de ministères-clés qui sont encore aux mains des « sbires » de Laurent Gbagbo avec à la clé environ une trentaine de manifestants tués et presque autant de blessés ! Alassane Ouattara et et son premier ministre désigné Guillaume Soro ont la part belle en envoyant leurs gens au massacre alors qu’ ils sont eux-mêmes bien « au chaud » dans l’enceinte de l’Hôtel du Golfe sous la protection d’un contingent de maintien de la paix de l’ONU composé de 800 hommes lourdement armés…un comble !

Pas étonnant alors que Laurent Gbagbo avance des accusations contre l’ONUCI de ne pas être restée neutre dans le conflit post- électoral. En représailles, Laurent Gbagbo a exigé samedi le départ des casques bleus de l’Opération des Nations unies en Côte d’Ivoire, l’ ONUCI. Même les français, forts d’un contingent de 900 hommes environs ne sont plus en odeur de sainteté, et ont été sommés ouvertement à quitter la Côte d’Ivoire, une radicalisation hors scénario des scénaristes de service ! D’ailleurs, Charles Blé Goudé, leader de la jeunesse pro-Gbagbo, a déclaré : «La récréation est terminée !»(sic). Celui qui fut le fer de lance des manifestations anti-françaises en 2003 et 2004 semble être sur le pied de guerre. La scission de la Côté d’Ivoire sera un des pires scénarios mais qui pourrait être probable avec Ouattara et ses partisans qui ne veulent pas en démordre, malgré la tentative ratée de la prise de la télévision d’Etat qui a fait couler le sang. L’expérience des autres aidants, Gbagbo a su éventer les attaques de ses adversaires, eh oui, chat échaudé craint l’eau … froide !

Publicités