Et ça n’a pas raté

De nouvelles étoiles viennent de naitre dans le firmament de la transition malagasy. Une pléiade de généraux vient d’être nommée mercredi soir en Conseil des ministres. 26 nouveaux généraux au sein de l’armée, un général de corps d’armée, deux généraux de division. L’homme de toutes les situations depuis 2009 n’a pas été mis en reste dans cette vague de nomination, Richard Ravalomanana est en effet parmi ces nouveaux généraux, se retrouver en première ligne à chaque tensions dans la capitale lui aurait été favorable apparemment. D’ailleurs, le général Lucien André Rakotoarimasy, ministre des Forces armées, a mentionné que les nouveaux nommés sont des « méritants qui ont rempli les critères établis ».

En tout cas, tant que la machine à produire des officiers d’Antsirabe continue à donner, pour éviter de faire des mécontents dans cet effectif pléthorique d’officiers supérieurs, les nominations d’officiers généraux seront des passages obligés pour les pouvoirs qui se succèderont, avec la sempiternelle question : y aurait-il assez de militaires à commander pour l’ensemble des officiers malagasy ? Une question « à cent balles » qui taraude plus d’un dirigeant de ce pays à coup sur.

Quoiqu’il en soit, pour la Grande Ile, la mission de médiation de la SADC dirigée par Leonardo Simao est parait-il sur le point de proposer un nouveau protocole d’accord. Une énième proposition axée cette fois-ci sur l’organisation d’une élection présidentielle libre et transparente dans les plus brefs délais, ainsi qu’une conduite consensuelle et inclusive des derniers mois de la transition reposant sur la formation d’un gouvernement d’union nationale et d’une plus grande ouverture au niveau du Conseil supérieur de la Transition et du Congrès de la Transition. Petit à petit, l’oiseau fait son nid.

Un peu dans cette même dynamique, à l’initiative de l’ONTM, la présence du Syndicat national des agents de voyage (SNAV) français redonne un coup de punch au tourisme malagasy, ainsi qu’un regain de crédibilité pour l’Ile Rouge. L’ile gagnerait à connaitre plus de stabilité et de sécurité, selon le président de ce syndicat pour qu’un touriste puisse venir en toute quiétude, C.Q.F.D! Un pays où il n’y a trop d’événements géopolitiques en jeu n’est pas des plus rassurants.

Publicités