Les sanctions qui font école

Une pratique qui devient un standard pour l’Union européenne : les sanctions ciblées à l’encontre de toute personne qui bloquerait un processus de paix ou de réconciliation nationale, ou qui menacerait l’issue du processus électoral, caractérisées par un gel d’actifs financiers ou une interdiction de visas vers l’Europe. Il coule de source que dans l’imbroglio politique où est plongé la Côte d’Ivoire, le champion de la démocratie occidentale, Alassane Ouattara, se retrouve être le chouchou des communautés internationales à l’instar de l’Union Européenne, des Etats-Unis et par ricochet de l’Union africaine ou plus localement de la CEDEAO (Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest). Même le Conseil de sécurité des Nations unies s’est fait fort de donner crédit à Alassane Ouattara jusqu’à lui légitimer la victoire lors des présidentielles ivoiriennes du 28 novembre! Du coup, Laurent Gbagbo, qui refuse de reconnaître la victoire de son opposant Alassane Ouattara se retrouve dans la fâcheuse position d’un pestiféré, frappé d’interdiction de visa, du grand classique !

Les dirigeants de la transition en savent un rayon sur cette épineuse question de visa avec une mésaventure arrivée à un membre du gouvernement de la HAT qui aurait eut l’intention d’assister à une réunion internationale sur les Droits de l’Homme, et qui s’est vu être refusé de visa. Mais qu’à cela ne tienne, à la veille de la nouvelle année 2011, reconnaissance de la communauté internationale ou pas le pouvoir de transition ne compte pas céder d’un iota et fonce dans le tas avec la « quatrième république »qui avance tel un rouleau compresseur. 2011 sera marqué d’un sceau particulier : la tenue de quatre élections dont les municipales, les législatives et la présidentielle avec l’éventualité d’un second tour à la clé. Vaste programme ambitieux en gestation, en marge du consentement de la communauté internationale, un peu au forceps mais ambitieux quand même dans la volonté de se passer des pays considérés être « politiquement corrects », faisant fi des standards et sortant des sentiers battus et faire école ?

Publicités