Divorces à négocier?

Il y a des couples qui donnent un reflet anachronique et qui pourtant ne choquent pas tellement, mais celui de l’actrice américaine Eva Longoria et de son basketteur de mari Tony Parker est d’un autre ton. Twitter et Facebook ont été le tremplin « médiatique » utilisés par le couple pour annoncer leur intention de divorcer. L’actrice a évoqué l’infidélité de son jeune mari Tony Parker pour justifier sa demande de divorce.

Bien qu’Eva Longoria, la vedette de la série « Desperate Housewives », soit plus âgée que Parker, elle s’est tout de même mariée avec le basketteur français vedette de la NBA, actuellement âgé d 28 ans, à Paris en 2007. Elle demande notamment le versement d’une pension alimentaire tout en intrigant pour que Tony Parker ne puisse en obtenir une d’elle.

Pourtant, ils s’étaient mariés civilement le 6 juillet 2007 devant le maire de Paris Bertrand Delanoë, et se sont uni religieusement le lendemain dans l’église de Saint-Germain-l’Auxerrois. Ils avaient ensuite fêté leur union en grande pompe dans un château, de Vaux-le-Vicomte en Seine-et-Marne. Des festivités couvertes par des photographes, cameramen et journalistes venus du monde entier pour l’occasion, un show en somme. Et voilà qu’ils divorcent ! Mais un divorce d’un autre genre, sous couvert des deux sites de liens sociaux Twitter et Facebook. Modernes ? Peut-être, mais avec un mariage comprenant un accord prénuptial, dont on ignore la teneur, un tel divorce donne un air de prémédité pour le …show, une nouvelle fois encore. En tout cas, un divorce bon pour alimenter les tabloïds.

Un peu plus subtil en tout cas comme approche pour susciter l’attention des médias et de leurs fans par la même occasion. A l’inverse des gros brodequins des militaires malagasy, qui négocient différemment leurs divorces d’avec les tenants du pouvoir. Les évènements rocambolesques qui font perdre le nord à leurs partisans, d’opportunité, relèvent de scénarios ubuesques de par leurs lenteurs et leurs opacités. Surement un jeu de couloir qui dépasse l’entendement de l’opposant lambda, évincé du processus. Le mouvement d’avant-hier, mené par le général Raoelina et l’ancien ministre des Forces armées le général Noël Rakotonandrasana ainsi que le colonel Charles Randrianasoavina et du colonel Coutiti offre d’ailleurs un panel d’officiers qui s’allient bien qu’ayant été rivaux à une certaine époque, pas si lointain, des relations contre-natures, en somme, pour plus d’un observateurs. Pareils procédés pour aboutir à quoi de tangible ? Mystère et boule de gomme.

Publicités