L’Orient …TGV

Un penchant avéré pour l’Orient se profile à l’horizon. Fini les ronds de jambe en direction des occidentaux, assurément le salut de la Grande Ile vient d’Asie. Mais finalement pourquoi pas ? Les aides et autres appuis au développement ne peuvent être une exclusivité de l’occident. Ecore une fois, les pays comme la chine avancent à grand pas en Afrique. Même la France s’en inquiète pour verser à contrecœur dans un accord avec la Turquie pour organiser des missions communes afin de répondre aux appels d’offre en Afrique et affronter en meilleure position la concurrence chinoise.

Ces derniers temps, la France a la hantise de se faire balayer par les Chinois en Afrique. D’où la nécessité de se mettre avec des grands conglomérats turcs pour une plus grande efficacité en Afrique du Nord, en Afrique, en Asie centrale, et même au Proche et Moyen-Orient.

En fait, les analystes du FMI ont constatés que les investissements massifs de la Chine en Afrique ont contribué à soutenir l’économie du continent noir durant la crise. Les chinois contribuent très significativement au développement local avec leurs investissements. D’ailleurs on assiste à un renforcement des relations commerciales sino-africaines et ce n’est pas la Grande ile qui dira le contraire. A noter que les investissements chinois représentaient 9,3 milliards de dollars à la fin 2009. Un joli pactole en perspective donc pour qui sait s’y intéresser.

La Chien a pour elle une stratégie d’approche autre que ceux habituellement utilisée par les occidentaux. La stratégie d’expansion chinoise est en fait relativement simple : une coopération basée sur le respect mutuel et les intérêts réciproques, un truc à l’oriental où, pour simplifier chacun retrouve son compte. Rien que ça ! En Afrique le langage du gagnant-gagnant est archi-connu et les chinois se sont fait fort de le pratiquer. Ne faisant pas trop de promesses, les chinois sont fidèles aux paroles qu’ils ont dites. On a bien remarqué qu’ils ne s’encombrent pas trop des laïus d’expertise ni d’étude d’impact environnemental si chers à l’occident. C’es t à son avantage en Afrique, prompt à réalisé des projets amené au pied levé. Bref, l’africain ne se sent pas du tout floué dans les projets et les réalisations, en confiance ils se sentent être mis sur un même pied d’égalité !

Publicités