L’Ile Rouge n’est pas l’Afrique ?

Ailleurs, en Guinée, un malien a été nommé à la tête de la Ceni en remplacement d’un guinéen dénoncé comme favorable à l’un des deux candidats au second tour de l’élection présidentielle. Le malien le Général Siaka Toumani Sangaré, représentant de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) en Guinée, vient en effet de remplacer Louncény Camara. Ce choix semble faire l’unanimité des deux camps. Un cas de figure impensable dans la Grande Ile.

Quoi qu’il en soit, l’élection prévue se tenir le 24 octobre risque fort d’être reportée au 31 octobre 2010. En tout cas, le médiateur burkinabè Blaise Compaoré a pu voir ses efforts porter leur fruits avec la tenue de ces présidentielles. Nulle ressemblance avec la dénégation de toutes actions des médiateurs «étrangers » dans les affaires malagasy.

Pour la Côte d’Ivoire, la tenue des élections présidentielles est prévue également pour le 31 octobre. Des élections attendus depuis de nombreuses années, mais maintes fois reportées depuis 2005. On est là à « espérer » le maintien de Laurent Gbagbo pour qu’il maintienne « sa main de fer » et éviter tout éclatement du pays.

Le Niger quant à lui doit tenir son référendum constitutionnel le … 31 Octobre malgré les tentatives de déstabilisation. D’ailleurs, Le colonel Abdoulaye Badié, ancien numéro deux de la junte, a été arrêté vendredi ainsi que trois autres officiers supérieurs. Le flou sur ces arrestations est tout de même senti au Niger.

On aurait dit qu’une instance supérieure aurait imposée à ces pays de …rendre leurs copies ensemble le …31 octobre ! Quelle coïncidence !

Bien malgré lui, l’Afrique cultive en son sein des poudrières qui peuvent exploser à tout moment. La Burundi, où L’ONU « s’inquiète énormément » de la situation. Après 13 ans de guerre civile, de nouvelles violences ont fait plus d’une trentaine de tués ces dernières semaines et confirment les rumeurs sur la présence de nouvelles poches de rébellion dans le pays.

Le Congo qui s’est vu refuser l’annulation de ses dettes par le club de Paris pour un report éventuel en 2011. Plusieurs pays créanciers se posent des questions sur la gouvernance économique du gouvernement du Premier ministre Adolphe Muzito.

Alors, on se dit…Madagascar n’est pas l’Afrique…quoique…

Publicités