La Chine, un géant aux pieds …agiles

La Chine, devenue une grande puissance est également un pays grand consommateur d’énergie. La voracité de la Chine en ressources est de plus en plus vive depuis son éveil et sa course effrénée vers un développement multisectoriel. Ses besoins en énergies fossiles se font de plus en plus pressants augmentant les pressions et les enjeux exercés dans différents continents du globe sur les ressources minières. La venue de la Chine sur le marché des extractions minières hors de son territoire a chamboulé les donnes géopolitiques, affolant les « petits » pays à fort potentiel minier et frustrant les anciennes puissances déjà présent sur les différents sites d’extraction à travers le monde. Les chinois se sont trouvé des méthodes rapides et efficaces, se souciant fort peu des orientations que peuvent avoir ces pays « miniers », pour s’octroyer les gisements qui les intéressent. Ils se font fort de s’accommoder de tout, du moment qu’on leur accorde le droit d’exploiter, prenant à contre-pied les pays occidentaux trop moralisateurs et exigeant vis-à-vis des régimes en place dans les pays miniers.

Avec le fort potentiel de la Chine et sa capacité de financement très élevée, bon nombre de dirigeants de pays « pauvres » se voient devenir des nababs après un accord passé avec le géant chinois. Un pays tel le Niger, avec sa réserve énorme d’uranium entre dans un de ces stéréotypes. Il est fort à parier que d’ici cinq ans, une grande majorité de pays à fort capital minier auront des contrats d’exploitation avec la Chine.

Selon l’Agence internationale pour l’énergie (AIE), les Chinois ont consommé en 2009 environ 2 252 milliards de tonnes d’équivalent pétrole, soit environ 4 % de plus que les Etats-Unis. De premier pollueur mondial, Pékin ambitionne de poursuivre une politique d’amélioration de l’efficacité énergétique et de diminuer son intensité carbonique (émissions mesurées par point de PIB) de 40 à 45 % en 2020 par rapport au niveau de 2005. Un changement de son mode de consommation s’impose de lui-même, un pied déjà dans le nucléaire l’oblige à avancer inexorablement vers une consommation de plus en plus accrue.

Les donnes géopolitiques sont en train de changer, les dirigeants des pays pauvres à fort potentiel minier sont conscient qu’actuellement, ils peuvent se tourner vers d’autres interlocuteurs que ceux avec qui ils traitaient auparavant, et leurs opposants aussi d’ailleurs. Surtout que le nouvel interlocuteur n’est pas très regardant sur les orientations qu’ils puissent avoir, le top quoi !

Publicités