« Opération coup de poing »

L’insécurité latente qui règne dans l’ile devient de plus en plus inquiétante, de plus en plus insupportable. La population est totalement démuni actuellement face aux attaques armées et organisées perpétrées par des bandes dont les membres sont de plus en plus nombreux, de plus en plus organisés et surement de mieux en mieux armés. Le « petit peuple » est perplexe face à ces bandits qui font leurs méfaits habillés comme …des militaires ! Comment en effet réussir à discerner le vrai militaire du faux, un homme habillé d’uniforme militaire restera toujours un militaire dans le subconscient de tout un chacun? De tout temps, un homme armé a toujours fait peur, et même les colons l’ont compris en inculquant un précepte simpliste « la peur du gendarme est la première des sagesses », or comment reconnaitre un gendarme ? Par son uniforme et ses armes pardi !

Malheureusement, d’autres gens l’ont compris également, comment endormir la méfiance des gens ? En se déguisant en gendarme ou à la limite en militaire pour sûr ! Mais à force, ce subterfuge est en passe de tourner au vinaigre, les gens, de par les infos deviennent méfiants vis-à-vis de l’uniforme : comment être sûr que le « militaire » en face de soi soit un bon ?

Une « opération coup de poing » a été initiée par le gouvernement afin de lutter contre l’insécurité. Une réunion du premier ministre Camille Vital avec les différents responsables de la sécurité à Ambohitsorohitra a permis de tracer les grandes lignes. Mais encore une fois, comment la population va prendre cette opération une fois lancée ? Assurément avec terreur vu que ceux qui les attaquent sont eux aussi revêtus d’uniformes militaires ! Avec la bonne blague de la demande à formuler à ceux qu’on rencontrerait leurs ordres de missions ? En face de bandits, on se retrouverait en deux temps trois mouvements délestés de tout avant qu’on ait le temps de dire « ouf » !

Déjà que même dans la capitale, les attaques changent de forme, le car jacking fait des ravages, les gens se font dépouiller de leurs véhicules en plein jour et en pleine rue sans qu’il y ait quelque chose à faire. Tel le 4×4 qui a été volé du côté d’Ankorondrano, ou celui récemment Antsakaviro, des individus se jetant sur le conducteur, ou menaçant le conducteur avec des armes pour subtiliser le véhicule. Des procédés dignes des terroristes et autres bandes indépendantistes dans d’autres pays. Et si c’était réellement ça ? Du terrorisme qui n’ose pas donner son nom, qui ne s’est pas déclaré ou qui couve attendant son heure ? C’est à vous hérisser les cheveux sur la tête !

Publicités