A quel saint se vouer ?

La valse des dates continue de plus belle, rien que pour la journée d’hier, de nouvelles dates ont été avancées par les partis et associations politiques qui se sont réuni au CCI Ivato avec les représentants du pouvoir en place. Un communiqué a même été diffusé dévoilant la tenue des élections législatives prochaines pour le 13 avril 2011 et les présidentielles le 1er juin 2011. Donc, la transition continuera daredare jusqu’aux…calendes grecques !

A bien y penser, cette situation rajoute de l’eau à pas mal de gens, rien que pour un certain Fazul Abdullah Mohammed, qui selon certain se trouverait actuellement à Madagascar. Ce dernier a été présumé être un des participants aux attentats à la bombe perpétrés le 7 août 1998 contre les ambassades américaines de de Nairobi et deDar es Salaam! Rien que ça ! Si le cas s’avère être exact, force serait de croire que les frontières malagasy méritent bien leurs réputations : des passoires !

Déjà qu’avec une telle réputation, les trafiquants de tout bord se font les gorges chaudes, certains se font les champions des malversations en tout genre. Les chinois sont bel et bien présents dans le milieu du crime, ceux qui ont été interpellés à Ivato en sont les preuves vivantes : un trafic de devises s’élevant à 284 300 euros.

Actuellement on peut s’attendre à tout, surtout que suite à une décision du pouvoir en place, et austérité budgétaire oblige, le budget de fonctionnement d’un grand ministère qu’est le ministère des forces armées sera très prochainement revu à la baisse, des indiscrétions avancent une baisse estimée à 50%. Déjà que le niveau de sécurité, tant dans les villes que dans les campagnes s’effritent comme peau de chagrin, la population va devoir se replier de plus en plus sur elle-même pour se « sécuriser » eux-mêmes. La porte sera grande ouverte à la constitution de milices privées pour chaque bourgade, chaque village ou grande agglomération pour se préserver des attaques de brigands armés. La mise sur pied des « andrimasompokonolona » est déjà un pas inquiétant, ces entités n’étant pas encadrées par aucun care légal si ce n’est par les « dina », des « règles » qui se juxtaposent à des lois en l’absence d’une légifération rationnelle et adéquate. Leur existence même est corollaire des insuffisances des éléments des forces de l’ordre public censés protéger la population. De plus en plus, on ne sait plus à quel saint se vouer pour se protéger.

Publicités