Langage des signes ou signal fort… ?

Etre muet est une chose, sortir du mutisme en est une autre, mais quoiqu’on dise, réagir est une autre paire de manche également. Voilà qu’un certain Colonel Félestin Andrianjafy sort du silence, tellement éprouvé, de la « grande muette » pour pondre un communiqué intitulé « Alerte des Officiers de Madagascar »au nom « d’une assemblée générale des officiers pour trouver une issue pacifique à la crise ». Ce Colonel de la Xe promotion de l’ACMIL affirme représenter les Officiers de Madagascar qui s’inquiètent de la situation actuelle de Madagascar. Il fustige la versatilité des plans de sortie de crise avancés par la HAT qui pêchent par le non respect du temps imparti et le flou total concernant les moyens pour y parvenir. A lui de qualifier la situation de « complètement absurde et sans issue » (sic).

Il est vrai qu’avec dans l’insécurité grandissante associé à l’impunité caractérisée laissant entrevoir une réelle existence de corruption à grande échelle, car couvrant toute l’ile et à tous les niveaux, les malagasy vivent dans une précarité sans précédant. L’isolement diplomatique n’arrangeant pas les choses, encore moins les pillages des ressources et des richesses naturelles.

Le refus de visas pour deux des ministres pour la destination de l’ile de la Réunion, pourtant territoire français, en est l’exemple le plus frappant, et n’est pas pour rassurer bien que pas mal d’efforts aient été entrepris pour donner le meilleur de l’ile Rouge lors de la 7ème édition des Jeux de la Commission de la Jeunesse et des Sports de l’Océan Indien. Les chiffres parlent d’eux même sur le sérieux de la préparation des représentants de la Grande Ile à ces jeux : 27 médailles d’or, 24 argents et 9 bronzes, et un premier rang à la clé pour Madagascar à ces 7ème Jeux, excusez du peu !

Dire que tout va mal serait des plus inconvenants, mais avec l’épouvantail que vient d’agiter cet officier supérieur, celui-ci vient de réveille l’eau qui dort, rouvrant une plaie que l’on pensait pansée ! L’unité de l’armée est une fois de plus remis sur le tapis remettant en cause sa « survie » et sa « neutralité ». Charges à l’instance supérieure de l’Armée Malagasy de prendre les mesures qui s’imposent pour assurer la paix dans le respect de leurs devoirs d’obéir aux intérêts du peuple malagasy. Un peuple qui a su rester stoïque face aux facéties des politicards qui s’entredéchirent pour garder la mainmise du pouvoir, main qui n’est pas à l’abri d’un autre soubresaut, devenu cyclique et familier pour la grande ile.

Publicités