Arnaques et Cie… dans l’air du temps

Les arnaques et escroqueries en tout genre continuent d’égrener leur chapelet de méfaits dans la société. Un des plus surprenants a été la mise sous scellée d’une pharmacie suite à aux démarches entreprises par l’Ordre des pharmaciens. Le fond de l’affaire reposant sur l’usage de faux diplôme de pharmacien par le propriétaire ! Les cheveux se hérissent sur la tête avec pareil nouvelle.

Bien que sans relation, la prolifération de produits et denrées périmés est des plus inquiétants, touchant principalement la santé des consommateurs qui ne savent plus sur quoi ni sur qui se fier dans ses consommations courantes. Le plus dur est le fait que les premières victimes potentielles sont les enfants avec les friandises en tous genres qui affluent de toutes parts laissant les parents en porte-à-faux. Des escrocs et des fraudeurs n’hésitant pas à falsifier les dates de péremption mettant en danger la santé des enfants. Un projet de texte est actuellement en gestation semble-t-il pour endiguer ce nouveau fléau.

Car paradoxalement, beaucoup de gens vivent de la vente et revente de ces produits douteux. Il est sidérant de constater que pour arriver au consommateur final, le circuit de distribution de ces produits est des plus sinueux. L’informel règne en maitre, facilitant les falsifications en tout genre. Il est navrant que l’ingéniosité et la créativité des opérateurs malagasy tendent à exceller dans la tromperie, d’ailleurs tout un pan du commerce, point d’appui de l’économie se retrouve tributaire des micmacs en pagaille à travers l’ile. Il n’est pas étonnant que le constat que puisse faire la Banque Mondiale au sujet de l’économie de Madagascar soit sa relative résistance grâce au dynamisme du secteur informel.

Triste constat quand on sait que dans ce secteur, peu ou prou de recouvrement fiscal est fait. Malgré le volume important des flux d’argent et de transactions, la pression fiscale passe à côté de ces activités. Maintes et maintes fois on entend des braquages et des attaques avec des sommes importantes à la clé, des sommes échappant aux circuits conventionnels des banques. Des transactions sans taxes ni redevances, le top quoi, pour les opérateurs véreux. Le top pour les braqueurs et companies…

Publicités