Maître de cérémonie ad vitam aeternam

Temps de pause pour le mondial, une accalmie avant la reprise de demain rentrant dans les phases finales, les quarts de finales plus précisément. Il y aura donc tous les aficionados du foot qui auront surement la tête ailleurs pour ces huit derniers matches, réduisant du coup les rendements dans différents lieux de travail. Ce n’est pas sorcier de savoir que les conversations seront surtout axées sur ces 10 jours de foot intenses que l’on aura en commun avec le reste de la planète.
Quelque part en Europe la couleuvre est difficile à avaler, et la polémique est ouverte sur les tenants et aboutissants des revers de leurs équipes au mondial en Afrique du Sud. Les reproches à propos des déboires de l’équipe de France de football n’en finissent pas de faire des vagues jusqu’à en devenir politiques. La gauche et la droite n’arrêtent plus de se lancer des piques allant même jusqu’à qualifier les bleus d’équipe de « racailles », de « caïds ».
Il faut tout de reconnaitre que les hauts salaires des joueurs, de 500.000 à 1.000.000 d’euros leurs ont montés à la tête. Quand des joueurs se permettent d’insulter leur sélectionneur, dernier symbole de l’autorité dans une équipe, ou de faire des doigts d’honneur aux médias, seul lien entre cette Equipe de France et les Français qui devraient les soutenir en principe…finalement, ces joueurs ont nargués leurs supporters et « leur pays » par la même occase durant leur séjours en Afrique du Sud. Difficile pour les politicards de tout bord de ne pas sauter sur l’occasion et fustiger à tour de bras sans discernement. Au moins ils auront de quoi se mettre sous la dent pour cet été !
Pour Madagascar, la mise en route du projet de constitution semble avoir été suspendue durant ces éliminatoires du mondial pour finalement être reprise après la finale du 11juillet ? Cela reste à savoir. En tout cas, le dialogue national qu’on espère pouvoir pondre d’un bon projet semble se faire attendre en raison des tractations pour un véritable consensus.
En vrai maître de cérémonie qu’il fut, le président de la HAT, avec la tenue « princière » dont il s’est arboré, en a bouché un coin à ses détracteurs en réussissant à gaver et à saouler le peuple malagasy de spectacles et de ripailles à en affoler les papilles lors de ce jubilé. Mémorable. Un vrai tour de maître avec à la clé ce fameux report sine die de la prochaine élection au lendemain des festivités.

Publicités