Banco ! BP passe à la caisse

Mercredi 16 juin est à marquer d’une pierre blanche pour le locataire de la Maison Blanche. Après trois heures d’âpre discussion, La réunion de Barack Obama à la Maison Blanche avec l’état-major de BP a finalement accouché d’une résolution « énorme » : la compagnie pétrolière a accepté de verser 20 milliards de dollars soit 16,3 milliards d’euros pour indemniser les personnes et les entreprises sinistrées par la catastrophe dans le golfe du Mexique. Le chiffre est astronomique et c’est une première, avec un montant aussi élevé, concernant l’indemnisation de victimes de catastrophes environnementales.

Un bon point à mettre dans l’escarcelle du président américain, qui s’est rattaché les services de l’influent avocat Kenneth Feinberg, qui avait été chargé des indemnisations des victimes du 11-Septembre, pour superviser et gérer de manière indépendante les 20 milliards, qui seront provisionnés sur une période de quatre ans, au rythme de cinq milliards par an, et ce dès cette année, dixit la Maison-Blanche. En tout cas, rien ne sera plus comme avant au pays de l’oncle Sam, les pollueurs de tous bords réviseront à coup sur leurs copies pour les années à venir, une révolution verte instiguée par Obama.

Une brèche est finalement ouvert pour faire payer les responsables des éventuelles catastrophes écologiques, reste à savoir, et ça va être surement le cas, si ces indemnisations ne seront pas répercutées sur les couts d’exploitation à venir et donc vont être inclus dans les prix de vente des produits de ces entités qui ont été contraint à payer. Au final, ce sera le petit consommateur qui payera les pots cassés, comme toujours, faisant les frais des calculs pervers des multinationaux .

Et dire qu’il y a autant d’argent qu’on peut mobiliser en un rien de temps, des milliards et des milliards comme on dit, pour une catastrophe en un point du globe, alors que pour la plus grande des catastrophes qui sévit dans le monde et qui touche une large partie de la planète qu’est la famine, lever des fonds relève du parcours des combattants. La démesure et l’injustice de la répartition des richesses sur cette terre est plus que jamais mis à cran dans pareil cas, quand bien même cela aurait relevé de l’exploit de la part d’Obama d’avoir fait fléchir un géant tel la BP.

Publicités