Jabulani,Vuvuzelas, la Chine qui sourit 17 JUIN 2010

Quelque part en France, une société qui a misée sur un « truc », insignifiant au départ, croule littéralement sous les commandes à tel point qu’elle a été obligé de mettre son site en vente aux enchères. La société AGM-TEC, premier importateur en France de vuvuzelas, l’attirail indispensable du supporteur de foot en Afrique du Sud, a été complètement dépassée par son succès. Plutôt une bonne affaire pour l’opérateur, qui a lancé son site internet en deux jours juste avant la Coupe du monde. Un succès tout à fait incompréhensible avec le boucan que ça fait ! Les téléspectateurs du monde entier en ont surement fait les frais tout au long des retransmissions des matchs, et ce n’est pas près de s’arrêter !

Cet engouement, vu de la France se chiffre à 200 vuvuzelas par heure pour les particuliers et environ 10.000 par jour chez les professionnels, chez cet importateur-distributeur. Même la grande distribution veut suivre l’élan et a commandé des quantités astronomiques à l’importateur. Alors, bien au-delà du mondial, les aficionados du ballon rond auront à supporter les nouvelles nuisances de ces trompettes.
Mais le comble, comme on le sait, c’est la mainmise de la Chine, qui est l’atelier du monde actuellement, sur le mondial 2010 : on ne pourra pas se passer de cette dernière car ces vuvuzelas proviennent principalement de là-bas. Avec le ballon Jabulani, dont le nom signifie «faire la fête» en zulu, ballon officiel du tournoi tant critiqué et décrié, les chinois marquent assurément deux points d’office sur le tableau des scores du mondial.

En tout cas, ce qui est sur c’est que la fameuse vuvuzela, cette longue trompette en plastique qui émet un son lourd proche du barrissement de l’éléphant, va dépasser l’univers du football. II vaut mieux se préparer à le retrouver partout où il y aura une manifestation, son arrivée dans la grande ile pourrait bousculer bien des habitudes. A son cœur défendant, cet instrument est devenu la marque de fabrique de ce premier Mondial africain. Le Mexique a eu son Ola, la vague de spectateurs, lors du Mondial en 1986, en Afrique du Sud ce sera assurément la vuvuzela qui marquera de son « empreinte » le monde du football.

Publicités