Les caravanes passent…03juin2010

Une caravane « environnementale » pour aller à Ankarafantsika en passant par Ankazobe et Maevatanana pour des actions de sensibilisation dans le cadre de la célébration de la semaine de l’environnement, voilà encore une innovation dans l’escarcelle des sensibilisations écolos. Loin de l’idée première de la caravane « humanitaire » pour les sinistrés de la région sud-est de l’ile, cette dernière aura tout de même le mérite de s’intéresser au sujet qui préoccupe l’ensemble de la planète: la préservation de l’environnement.
La logique voudrait qu’une autre caravane prenne bientôt la direction du sud pour secourir les sinistrés du dernier mauvais temps qui a frappé tardivement cette région. a l’instar du premier ministre de la HAT, le général Camille Vital, qui était en visite dans le sud du pays depuis mardi pour constater les dégâts occasionnés par le passage de la fameuse tempête tropicale Joël. Car par les temps qui courent, autant jouer dans l’équité pour eviter toute frustration et animosité vu les prochaines élections à venir. A l’image de Nicolas Sarkozy qui s’est efforcé lundi et mardi de multiplier les gestes de bonne volonté à l’égard des dirigeants africains à Nice, présents pour la réunion Afrique-France, avec l’espoir affiché de s’attirer leurs bonnes grâces, semble-t-il, lorsqu’il prendra les rênes du G8 et du G20 à la fin de l’année. Paris s’est toutefois abstenu de convier Madagascar, en pleine crise, ni les bannis de la communauté internationale, le Soudanais Omar el-Béchir et le Zimbabwéen Robert Mugabe à ce sommet. Par contre, des putschistes, tels les chefs des juntes de Guinée et du Niger on eut leur invitation au dernier moment, non sans soulever l’indignation des dirigeants présents.Ce sommet qui se tient en plein cinquantenaire des indépendances africaines, a comme un parfum de mise au pas du continent africain. Avec les échéances du G8 et G20 qui se profilent à l’horizon pour le président français. En tout cas, pour ce jubilé, Madagascar s’est taillé la part du lion en s’octroyant un contrat en…or avec l’exploitation de fer de Soalala. Les campagnes de sensibilisation de la population autochtone étant bien en marche, il serait inconcevable que ce projet puisse tomber à l’eau ne serait ce que pour les redevances et les ristournes que doivent percevoir les communes et les régions bénéficiaires, entre autres le frais d’administration minière qui sera versé par le Consortium dont 12% sera alloué aux communes bénéficiaires et 7 % dans la caisse des régions ainsi que les redevances minières de 2% sur le prix de la production exportée, une manne inespérée pour ces régions.CE projet s’ennorgueille également de construire un port d’une capacité de 11 millions de tonnes mettant Soalala dans une position dominante dans la région du Boeny et du Melaky en infrastructure portuaire. Les uns aboient, le Consortium WISCO passe.

Publicités