Coup d’esbroufe de la royauté républicaine 22mai2010

Et on n’en est pas a une affabulation près, voila que dans la république que devrait être Madagascar, un congrès des plus incongrus s’est tenu à La Résidence Ankerana avec a la clé une autre mouture de constitution proposée par l’assemblée de « Rois et Princes de Madagascar » et basée essentiellement sur l’identité, l’historique et les valeurs culturelles malgaches. Sans trop jouer sur la corde de la nostalgie des temps des royautés, ce congres de royalistes de la république se sont donnes le panache de proposer une constitution tout à fait idyllique ou tout le monde serait impliqué du plus petit au plus grand, sans oublier ces messires Ampanjaka.

Ca aurait été mirifique si chaque citoyen de quelque secteur que ce soit ait son représentant, qu’il soit paysans, fonctionnaires, travailleurs privés, entrepreneurs, intellectuels, ou membres de la diaspora, chefs spirituels. Le nirvana en somme pour l’ensemble des malgaches.

Et pourtant, à tort ou a raison, l’on ne cesse de clamer haut et fort la nécessité d’une réconciliation nationale en prémices des solutions a cette crise à Madagascar. Il est clair que si ces Ampanjaka et autres chefs spirituels avaient un tant soit peu de crédits aux yeux de la population, la fameuse crise qu’on agite tout le temps sous le nez de la populace aurait du être résolu depuis longtemps ! A mois que l’on ne veuille pas que cela se résolve, qui sait, mais le doute, si ce n’est la certitude est la pour ramener a la réalité : les valeurs traditionnelles d’antan qui s’accordaient aux institutions qu’étaient les chefs traditionnels se sont effritées depuis longtemps comme peau de chagrin. Il est de fait que les valeurs du respect de ce qu’on aime tant nommer a tout bout de champs qu’est le « fihavanana » se sont envolées depuis belle lurette, il faut se rendre a l’évidence qu’actuellement on est a la poursuite d’une chimère. Le « fihavanana » d’antan est mort, remplacé par d’autres valeurs qui viennent de cette globalisation universelle qu’est la mondialisation. Le Malgache n’a pas su garder ses valeurs identitaires faces aux assauts des autres cultures nettement plus persuasifs. Alors, « fampihavanana »(réconciliation) serait un vain mot ?

Publicités