Acronyme quand tu nous tiens 20avril2010

Les malgaches se plaisent à pérorer que leur ile est riche. Malheureusement, cette richesse de Madagascar est difficilement « appréhensible » jusqu’à maintenant, elle est plutôt virtuelle pour ne pas dire dans le domaine du rêve. Quelque part dans son imaginaire, le malgache est un aristarque en puissance, se prévalant d’une omniscience éclairée une fois des « études poussées » faites.

Ces derniers temps, avec les créations de partis politiques, d’associations, d’organismes et autres, on ne s’y retrouve plus avec les abréviations et autres sigles qui se créent à profusion. Voilà que l’ancien ministre des Forces Armées, Noel Rakotonandrasana, une fois évincé du circuit, préconise la mise en place du Conseil supérieur mixte de médiation et d’éthique (CSMME) pour sortir le pays de la crise. Un acronyme de plus à rajouter à la collection, déjà bien fournie, que s’est constituée la transition. Mais pourquoi pas ? Quand d’autres qui se font écarté d’un corps au sigle aussi évocateur qu’est le FIS, pour se retrouver à 10.000km dans une ambassade, à un poste d’Attaché militaire à Paris. En tout état de cause, quoique pourront dire les membres de la 19ème promotion de l’ACMIL (un sigle qui a déjà pris de l’âge) qui vont essayer de réconcilier les 2 co-directeurs de la FIS, il serait difficile pour tout le monde de vivre cette cohabitation.

Dans un autre univers, le K2HB (un autre sigle de plus en plus barbare), un comité de revalorisation du football malgache réclame l’annulation des résultats des élections au niveau de la FMF et exige la tenue d’une concertation nationale pour faire sortir le football malgache du trou noir où il se trouve actuellement. Encore une conférence nationale de sollicitée avec un sit-in devant le siège de la fédération malgache à la clé. Décidément, les tenues de conférence sont à la mode actuellement, et surement , pour être dans le vent, autant s’organiser sa conférence, même sans être nationale, quoique les intentions ne s’y détachent pas trop, à l’instar de Lalatiana Ravololomanana avec sa conférence ayant eu comme thème « Pour une véritable réconciliation nationale ». Reste surement à trouver un joli acronyme, une fois encore, qui pourrait s’y accrocher.

Publicités