Mises à jour de juin, 2010 Activer/désactiver les fils de commentaires | Raccourcis clavier

  • Alf Raza 14 h 24 min le 10 June 2010 Permalien | Réponse
    Tags :   

    l’île de Tromelin, un tantinet… trop plein 10juin2010 

    Une embellie trop belle pour être vraie, les ronds de jambe de la COI cachaient bien quelque chose, et là, on est bien fixé. L’ile Maurice est en train de faire main basse sur l’un des ilots épars quelques part au large de l’ile, estimée bien plus proche de Madagascar que de Maurice. Depuis près d’une quarantaine d’années, tous les gouvernements qui se sont succédés dans l’ile rouge ont réclamé devant les instances internationales, notamment les Nations Unies, le rattachement des îles éparses à la sphère politique et économique de Madagascar . Le président Didier Ratsiraka fut, en son temps, particulièrement virulent à ce propos. Des quatre îles éparses, Tromelin, qui est plus proche de Madagascar que de l’ile Maurice, tant elle garde en son sein les vestiges de la traite d’esclave qu’ont subi les Malgaches. l’ancien journaliste Christian Chadefaux qualifie de « vol » le futur dénouement de cette affaire « Tromelin ».
    L’ile, découverte en 1722, garde les traces d’une présence humaine, de malgaches de surcroit, dans ses entrailles. Aux dires de Christian Chadefaux, des sépultures, majoritairement malgaches, témoignent de la présence de malgaches en ces lieux. L’Histoire conte le naufrage d’un bateau négrier, le 31juillet 1761et le séjour forcé d’une centaine d’esclaves malgaches, abandonnés par des marins français sur cette ile. De cet abandon, seules sept femmes et un enfant de huit mois survécurent pour être récupérées en novembre 1776.
    D’ailleurs, un projet d’accord entre la France et l’île Maurice a été signé en 2009 sur un projet de gestion commune de l’île. Et voilà que le 07 Juin 2010, la France et Maurice ont signé un accord de cogestion de Tromelin à Port-Luis, plus qu’un pas alors vers une rétrocession à l’ile Maurice sans autres formes de jugements.
    Quid du légitime propriétaire de l’ile Tromelin, en cette période tumultueuse que vit la grande ile, les préoccupations des régimes précédents est le cadet des soucis du régime actuel, pareil histoire est surement à rejeter au plus vite, tel un trop plein, loin de toute considération.

    Publicités
     
  • Alf Raza 14 h 23 min le 10 June 2010 Permalien | Réponse
    Tags :   

    Est-ce la girouette qui tourne ou le vent qui souffle ?09juin2010 

    D’une pirouette, les couacs des cérémonies d’ouverture du jubilé de l’indépendance à Andohalo passent à la trappe. On imagine mal dans le contexte actuel, voir des gens sanctionnés pour pareil méfaits. Les échos ne se sont d’ailleurs pas fait sentir que dans la presse écrite qui s’en est donnée à cœur joie pour fustiger l’imperfection de l’organisation.

    Un peu dans l’air du temps, les subterfuges pour effacer pareils bévues ne manquent pas ! D’un coup de scratch, les maestros du vinyle ont focalisé l’assistance sur la tenue en longue durée de la célébration de ce 50ème anniversaire. En duo les responsables du sport et de la jeunesse se sont rattrapés lors des jeux corporatifs en laissant entendre que ce n’est que le début d’une longue commémoration, du moins c’est ce qu’on a pu tirer de leurs interviews.

    A quelques jours du jour J, la population est quasiment dans l’ignorance de ce qui se concocte dans les coulisses du pouvoir pour commémorer comme il se doit cet évènement. A entendre les assertions d’une responsable au sein du gouvernement de la HAT, ce qui se passera ce jour du 26 juin 2010 sera une surprise ! Autant rester chez soit alors et se caller dans son fauteuil avec famille et amis comme chaque week-end afin d’éviter tout désagrément intempestif. Il est des plus sidérants qu’aucun programme valable n’ait été émis pour ce jour unique jusqu’à maintenant.

    Et si on faisait de ce jour un jour ordinaire, comme tout samedi, jour de week-end déjà non-travaillé, qui se respecte. Faire impasse sur les joies et liesses que cela avait occasionné 50ans auparavant. Il faut bien reconnaitre que les motivations des ainés en ce temps là ne sont plus que fabulations pour la génération actuelle, il est bien loin le temps où l’oppression des colonisateurs entravait al vie au quotidien des malgaches. Paradoxalement, actuellement les gens en sont réduits à espérer voire à quémander les aides venant de l’extérieur, tellement le marasme gagne en ampleur pour le petit peuple. Un peu comme un ersatz « d’opium »du peuple, le laisser aller dans les ventes et utilisations de pétards et autres feux d’artifices malgré leurs interdictions se fait comme à l’accoutumé en cette période. Là au moins rien n’a changé, une bonne continuité en somme.

     
  • Alf Raza 14 h 21 min le 10 June 2010 Permalien | Réponse
    Tags :   

    Pas manchot pour autant08juin2010 

    Bien que snobé, dans une certaine mesure, par le pouvoir en place, la banque mondiale n’en est pas manchot pour autant. Avec les nouvelles orientations en vue des dirigeants actuels, la Banque mondiale a sorti quand même des statistiques touchant le secteur minier qui pourrait, selon elle, générer 18 pour cent des recettes fiscales d’ici 2018. Là il faut reconnaitre que c’est une sacrée pactole pour le pays à l’allure où vont les affaires de l’Etat. Pas étonnant que le ministre des Affaires étrangères de transition malgache ait déclaré que la décision de l’Union européenne de suspendre l’aide au développement à Madagascar ne devrait pas poser trop de problèmes, et qu’il ait laissé entendre que la politique extérieure du gouvernement malgache pourrait suivre une nouvelle orientation.

    Les milliards qui viendront des exploitations minières en sont surement pour quelques choses, avec les opportunistes qui en sont déjà à tirer des plans sur la comète. Rien que pour l’exploration et l’exploitation de fer par le consortium chinois Wisco, une société italienne, La société Maggiora, basée à Turin travaillant avec des marques italiennes de voitures tels Fiat et Lancia, escompte mettre en place une usine ainsi qu’un site d’assemblage de carrosserie automobile à Majunga, rien que ça ! Le fer qui sera produit par la société chinoise Wisco y serait pour beaucoup si cela vient à se réaliser.

    La succession de nouvelles sur de futures exploitations donne une sensation de sentir l’arrivée de rouleaux compresseurs. Avec la déforestation engendrée par les exploitations de bois précieux de ces dernières années, et à moindre mesure les exploitations minières déjà encours, il n’est pas sorcier pour savoir que bientôt les pelleteuses et autres extracteurs feront partie du paysage dans la partie nord-ouest de l’ile et feront surement plus de mal à l’environnement que ce qui ont déjà été fait jusqu’ici. 8 milliards de dollars d’investissement dont 2 milliards de dollars pour l’exploration avant l’année 2012 et le reste pour les infrastructures, il est clair que c’est une exploitation d’envergure dépassant l’entendement du simple citoyen.

    Autant s’armer d’une flopée de restrictions environnementales pour préserver le peut de patrimoine environnemental et la biodiversité qui reste à Madagascar.

     
  • Alf Raza 14 h 19 min le 10 June 2010 Permalien | Réponse
    Tags :   

    C’est à y perdre son latin07juin2010 

    On peut y perdre son latin si on essaye de déchiffrer les flots de déclarations que font les européens. Aux dires de Paris, Madagascar est « sur la voie d’un retour à l’ordre constitutionnel » et pourtant, venant de l’Europe des 27, le couperet vient de tomber: L’Union européenne va suspendre son aide au développement à Madagascar, les ambassadeurs des 27 pays membres de l’Union européenne se sont mis d’accord sur cette mesure qui court pour douze mois.seul bémol,l’aide humanitaire et l’aide d’urgence, ainsi que certains projets bénéficiant directement à la population, ne seront pas concernés. Qu’en est-il exactement ? Mystère et boule de gomme.

    Un peu à contre-pied, voilà que l’ORTM s’offre le luxe de débourser 250.000 USD pour obtenir les droits de transmission de la Coupe du Monde sur le territoire national. Ainsi, le foot est une affaire « nationale » pour arriver à débloquer pareil somme, finalement, les malgaches ne sont pas si miséreux qu’on veuille le croire.

    En tout cas le crédo des politiciens pour l’organisation d’élections libres, transparentes et crédibles afin de sortir le pays de la crise suit son bonhomme de chemin. Le comité consultatif constitutionnel dirigé par Florent Rakotoarisoa a déclaré avoir reçu 159 propositions relatives à la constitution jusqu’ici. Rien d’étonnant vu le nombre pléthorique de partis politiques à Madagascar, ils se doivent bien de pondre quelque chose pour preuve de bonne foi si ce n’est de crédibilité. Bon nombre n’arrivent même pas à sortir de l’anonymat, tant leur envergure ne dépasse pas un quartier, voire une maisonnée.

    En parlant d’anonymat, Les boas de Duméril et de Madagascar, les 2 plus grands serpents de Madagascar, sont vraiment en danger et cela dans l’indifférence générale à Madagascar. Ils viennent d’être classés dans la Convention sur le commerce international de la faune et flore sauvages menacés d’extinction. Encore quelques uns de nos animaux endémiques qui disparaitront sans crier gare, sans qu’on lève le petit doigt.

    En parlant d’indifférence, la célébration du jubilé de l’indépendance, ou plutôt du double jubilé si on prend en compte l’armée, risque faire un flop vu le peu d’intérêt manifeste de la population pour ce double évènement. Avec les traces et des les remous de la vie quotidienne, bien peu de gens se soucie fêter « ça » dans l’allégresse.

     
  • Alf Raza 14 h 18 min le 10 June 2010 Permalien | Réponse
    Tags :   

    Le filon…l’or, on y croit dur comme…fer04juin2010 

    la découverte d’un filon d’or a toujours attiré les orpailleurs, qu’ils soient amateurs ou professionnels, à travers le monde, les histoires de ruées vers l’or ont été et seront à graver dans l’histoire de toute localité qui dévoilera son précieux trésor. Ainsi, des villes peuvent sortir de terre en un rien de temps pour disparaitre une fois le filon tari. La commune de Firavahana, district de Fenoarivo ne pourra pas échapper au déferlement d’orpailleurs venu des quatre coins de l’ile pour se tailler chacun leur part. Les observateurs ont d’ailleurs remarqués que la population de la localité a plus que triplée en l’espace de quelques mois. Pareil phénomène s’est déjà produit du côté du fameux Ilakaka et ses exploitations de saphir avec les turpitudes des exploitants et autres négociants que l’on sait.
    Là au moins, ce n’est pas bien loin de la capitale pour que les services concernés puissent imposer une structure rationnelle du genre comptoir de l’or pour comptabiliser et recueillir les redevances et autres ristournes légitimement dues à la commune et au district. A l’image des rentrées d’argents futures pour la localité de Solala et des régions où seront fait l’exploitation du fer, autant procéder de même pour le développement effectif de la région aurifère en question.
    d’ailleurs, hasard du calendrier ou opportunisme de la Banque Mondiale, ce dernier organise une séance de dialogue sur le développement du secteur minier, un peu dans l’esprit de se rattraper peut-être, car les futures projets miniers à Madagascar se feront sans eux jusqu’à preuve du contraire. D’ailleurs, la révision de la loi des finances 2010 n’est pas pour rassurer les milieux traditionnels de financement, vu que les règles d’élaboration de cette loi leurs échappent totalement.
    En tout cas, cahin cahan, l’organisation du dialogue national fait son chemin, l’objectif de 1000 participants n’est pas bien loin avec l’implication de différentes organisations de la société civile ainsi que des militaires avec leurs différentes propositions. Les dialogues inter régionaux sont d’ailleurs mis sur les rails initiés par un culte religieux à l’EKAR Ambatonilita, Exit donc le CSR-AN
    qui a été abrogé le 21 mai par le gouvernement de la HAT.

     
  • Alf Raza 14 h 15 min le 10 June 2010 Permalien | Réponse
    Tags :   

    Les caravanes passent…03juin2010 

    Une caravane « environnementale » pour aller à Ankarafantsika en passant par Ankazobe et Maevatanana pour des actions de sensibilisation dans le cadre de la célébration de la semaine de l’environnement, voilà encore une innovation dans l’escarcelle des sensibilisations écolos. Loin de l’idée première de la caravane « humanitaire » pour les sinistrés de la région sud-est de l’ile, cette dernière aura tout de même le mérite de s’intéresser au sujet qui préoccupe l’ensemble de la planète: la préservation de l’environnement.
    La logique voudrait qu’une autre caravane prenne bientôt la direction du sud pour secourir les sinistrés du dernier mauvais temps qui a frappé tardivement cette région. a l’instar du premier ministre de la HAT, le général Camille Vital, qui était en visite dans le sud du pays depuis mardi pour constater les dégâts occasionnés par le passage de la fameuse tempête tropicale Joël. Car par les temps qui courent, autant jouer dans l’équité pour eviter toute frustration et animosité vu les prochaines élections à venir. A l’image de Nicolas Sarkozy qui s’est efforcé lundi et mardi de multiplier les gestes de bonne volonté à l’égard des dirigeants africains à Nice, présents pour la réunion Afrique-France, avec l’espoir affiché de s’attirer leurs bonnes grâces, semble-t-il, lorsqu’il prendra les rênes du G8 et du G20 à la fin de l’année. Paris s’est toutefois abstenu de convier Madagascar, en pleine crise, ni les bannis de la communauté internationale, le Soudanais Omar el-Béchir et le Zimbabwéen Robert Mugabe à ce sommet. Par contre, des putschistes, tels les chefs des juntes de Guinée et du Niger on eut leur invitation au dernier moment, non sans soulever l’indignation des dirigeants présents.Ce sommet qui se tient en plein cinquantenaire des indépendances africaines, a comme un parfum de mise au pas du continent africain. Avec les échéances du G8 et G20 qui se profilent à l’horizon pour le président français. En tout cas, pour ce jubilé, Madagascar s’est taillé la part du lion en s’octroyant un contrat en…or avec l’exploitation de fer de Soalala. Les campagnes de sensibilisation de la population autochtone étant bien en marche, il serait inconcevable que ce projet puisse tomber à l’eau ne serait ce que pour les redevances et les ristournes que doivent percevoir les communes et les régions bénéficiaires, entre autres le frais d’administration minière qui sera versé par le Consortium dont 12% sera alloué aux communes bénéficiaires et 7 % dans la caisse des régions ainsi que les redevances minières de 2% sur le prix de la production exportée, une manne inespérée pour ces régions.CE projet s’ennorgueille également de construire un port d’une capacité de 11 millions de tonnes mettant Soalala dans une position dominante dans la région du Boeny et du Melaky en infrastructure portuaire. Les uns aboient, le Consortium WISCO passe.

     
  • Alf Raza 14 h 13 min le 10 June 2010 Permalien | Réponse
    Tags :   

    Le peuple élu de Dieu02juin2010 

    l’attaque par Israël du navire turc faisant partie de la flottille en route vers Gaza n’en fini pas de faire des vagues. Certains n’hésitent pas à qualifier cet acte de « terrorisme d’État ». Encore une fois, Israël a bousculé la frêle « situation de paix » au Proche -Orient. Bien qu’Israël soit un petit État, vu sa taille sur la map monde, il ne s’en laisse pas compter pour autant. La tentative de forcer le blocus contre Gaza a lamentablement échoué, les israéliens n’ayant pas froid aux yeux pour en découdre avec quiconque outrepasserait les limites qu’ils ont imposées.
    Près de 20 personnes ont été tuées et des dizaines d’autres blessées lors de l’abordage de deux des bateaux de la flottille qui avait quitté Chypre dimanche et qui escomptait débarquer environ 10 000 tonnes d’aide humanitaire aux 1,5million de Gazaouis. Les israéliens ne s’en émeuvent pas pour si peu et se sont même permis de retenir en Israël les militants qui accompagnaient les bateaux, qui ont été d’ailleurs saisi par l’autorité israélienne, bien que ces militants militants soient issus de différents pays occidentaux tels la France ou la Grande-Bretagne, de l’Irlande, de l’Italie et bien d’autres. Malgré les condamnations qui ont fusées de toutes parts, Israël campe dans son bon droit, droit de se protéger contre quiconque représenterait une menace pour son intégrité.
    Mais d’une manière générale, la communauté internationale est bien impuissante devant de tels actes, et il faut le reconnaitre, Israël a pris le monde entier au dépourvu quand à sa façon plus que cavalière de riposter contre toute forme d’ingérence dans ses affaires.Même les médias américains étaient partagés mardi après le raid israélien contre la flottille humanitaire en route pour Gaza, certains jugeant que l’opération avait tourné au « fiasco », d’autres estimant en revanche qu’Israël n’avait fait que réagir à une « provocation ». le lobbying juif étant ce qu’il est aux États-Unis, et dans bien d’autres pays d’ailleurs, rien ne pourrait plus surprendre quant aux réactions mitigées de la presse étrangère.
    Dans l’esprit de bien de peuple et de bien de religion, le peuple juif, et actuellement Israël comme représentatif, est le « peuple élu de Dieu ». rien d’étonnant à ce peu de récrimination, ou de réaction allant dans le sens des sanctions ne se manifestent, tant au niveau diplomatique que de la presse elle–même. Le caractère humanitaire de la flottille est passé au second plan aux yeux d’Israël pour mettre en valeur plutôt une forme d’agression et des aide pour conforter son ennemi depuis la création de l’État d’Israël. Les frères ennemis, selon le « Livre » qui ne pourront jamais s’entendre, beaucoup sont ceux qui hésitent à accabler le « peuple élu de Dieu », un peuple aux destinées sous la protection de l’Éternel.

     
  • Alf Raza 14 h 10 min le 10 June 2010 Permalien | Réponse
    Tags :   

    Narco and Co.01juin2010 

    Ailleurs, les trafics de drogue incommodent les uns et arrangent les autres. Les violences ayant fait dans les 73 morts illustrent bien ce paradoxe. La décision d’extradition du baron de la drogue local Christopher Coke vers les Etats-Unis avait provoquée des émeutes en Jamaïque entrainant cet hécatombe! ce baron de la drogue était réputé alimenter une grande partie de l’Amérique du Nord de ses produits, marijuana, crack et cocaïne; sans parler du trafic d’armes. Une décision très controversée en Jamaïque où le pouvoir en place s’est depuis longtemps coltiné les services de ce narcotrafiquant.
    Pas loin, dans les frontières malagasy, un trafiquant de drogue s’est fait pincé en train de fourguer de l’héroïne, un produit qui n’est pas à la portée du premier venu, le prix de 120.000 Ariary le gramme étant des plus restrictifs. Assurément, sa clientèle devait être des gens du gotha, des gens bien nantis pour arriver à débourser pareil somme pour un gramme, si ce n’est plus car il est inimaginable que pour la consommation d’un accroc, un gramme aurait suffit. Comme par hasard, le fameux traficant, qui fut appréhendé par la police, est un natif d’une île… une île voisine de surcroit. il serait bon de savoir à qui était destiné réellement les drogues qu’il fourguait, à des nationaux ou à des étrangers, touristes ou résidents? On serait surement étonné de savoir à qui était destiné ce trafic.
    Autant ne pas se masturber l’esprit pour savoir d’où venait la drogue, les frontières malagasy étant ce qu’elles sont, il vaut mieux se soucier de l’identité du ou des consommateurs, qui pourraient bien être des connaissances, des parents, des enfants…on s’est longtemps cru être à l’abri de ces drogues dites « dures » qui ne sont dures que de nom, car la notion de drogue dure ou non est surfaite, toute drogue ayant des effets nocifs qu’on le veuille ou non. a plus forte raison, le prix à l’achat est des plus exorbitants, pouvant mettre sur la paille les malheureux « accrocs » à faible revenu.
    voilà un début de saga, loin d’être négligeable, sortant des trafics de bois précieux, voilà un autre qui pointe à l’horizon, surement que l’arbre qui cachait …la foret a été abattu pour que ça soit découvert!

     
  • Alf Raza 14 h 07 min le 10 June 2010 Permalien | Réponse
    Tags :   

    Langue de bois et marche forcée31mai2010 

    La Banque Mondiale ne peut se passer de se dresser en moralisateur dans le monde des affaires, voilà qu’elle se dresse en objecteur de conscience et suggère de générer un appui politique au programme de réforme de l’environnement des affaires. Un appui qui veut tout dire et rien dire à la fois.Il s’avère, selon la même banque, que Madagascar demeure en retard sur plusieurs dimensions en matière d’investissement. Selon le classement du « Doing business 2010 » présenté durant la séance de Dialogues sur le développement organisée au bureau de la Banque Mondiale, Madagascar se trouve à la 134ème position sur 183 pays en qualité de climat d’investissement.Quoi qu’il en soit, le pouvoir en place se démène becs et ongles pour se passer des bénédictions de ces institutions financières internationales pour trouver des financements pouvant l’aider dans ses futures projets.
    Dans cette optique, Andry Rajoelina estime qu’il est possible de faire développer Madagascar sans les aides de ces bailleurs de fonds « traditionnels » . Selon ses assertions, maintenant l’Etat dispose de fonds conséquentssuite à un accord de coopération avec un filon chinois.En tout cas, avec les déclarations du président de la HAT Andry Rajoelina, côté politique, il n’en sera plus question d’aller à Pretoria pour d’autres négociations. en se destituant de sa position de chef de file de la mouvance Rajoelina, et se mettant sur un piédestal en étant parent et président de tous les malgaches, il se met au-dessus de la mêlée et se destine surement pour mener tambour battant « les affaires de l’Etat » dans le sens financier du terme. Charge à la société civile d’organiser le dialogue national et d’en fixer la date, suite à la proposition des organisations qui se sont réunie et de le mener à bien avant la fprochaine fête nationale. En tout cas, ce n’est pas avec la langue de bois des évêques catholiques qui ont émis une déclaration souhaitant que cette transition puisse prendre fin rapidement dans la dignité et dans les règles de l’art que les problèmes existant dans le pays se règleront.Sans propositions concrètes, pareil déclaration restera tel un coup d’épée dans l’eau. En l’absence de données claires, il est difficile d’être rationnel et certains en font la remarque, à l’instar du SMM, Syndicat des Magistrats de Madagascar, qui a déclaré de ne plus intégrer des fonctions auxquelles il pourrait être sollicité par le autorités pendant toute la période de transition. Une déclaration qui laisse la population dans l’expectative, ne sachant pas de quoi il en retourne exactement.
    Encore que, avec les déclarations des personnalités qui se font appeler les « Olobe », il faudrait tenir compte des desiderata de tout un chacun, le flou reste entier sur ce que le pays veut vraiment.En tout état de cause, ces « Olobe » préconisent que les « Raiamandreny » devraient assumer leurs responsabilités afin que la crise cesse et ce, pour le retour du « Soa Toavina », tout un programme qui demanderait surement tout un siècle à se concrétiser au rythme où l’on va.

     
  • Alf Raza 14 h 05 min le 10 June 2010 Permalien | Réponse
    Tags :   

    Feux de pailles et feux de joie29mai2010 

    Voilà le FFKM, ou du moins son ersatz, qui sort de sa torpeur en délivrant un message commun de paix et de fraternité pour la Pentecôte. Les quatre prélats, le pasteur Lala Rasendrahasina (FJKM); le Dr. Rakoto Endor (FLM), Mgr Odon Razanakolona (EKAR), Mgr Ranarivelo Samoela Jaona (EEM), prêcheraient pour « un changement profond venant de notre for intérieur ». Un peu sur le tard, à la manière des pompiers n’intervenant qu’une fois le feu allumé.

    Les mesures tardives, les malgaches y sont habitués, encore plus pour les travaux à l’emporte pièce pour une échéance à très court terme. Ainsi, des travaux de marquage de sol sont en cours allant d’Andohatapenaka, en passant par Ampefiloha, Anosy, Ambohidahy, Analakely et jusqu’à Ankorondrano, et ce, à réaliser avant la fête nationale selon la Commune Urbaine d’Antananarivo qui prévoit alors de peindre 5 000 m². A croire que c’est seulement en cette période qu’on a besoin de pareil marquage, à moins que ce ne soit la seule période pour être « à cheval » sur les principes du code de la route. Mais tout cela importe peu maintenant, avec le jackpot que la HAT vient de s’octroyer : l’exploitation d’un gîte de fer à Soalala vient d’être accordée à la multinationale chinoise Wisco, un investissement deux fois plus important que le plus grand projet en cours actuellement à Madagascar. Wisco va injecter 8 milliards de dollars dans cette mine. Deux milliards de dollars vont être engagé pour la phase exploratoire qui va durer jusqu’en 2012. L’Etat acquiert, en tout cas, un second souffle avec deux paiements successifs de 50 millions de dollars en une semaine, un « joli petit lot ».

    Le projet de Soalala est des plus mirobolants avec la construction d’un port dont le coût est estimé à 4,3 milliards de dollars ainsi qu’une station de production d’électricité d’une valeur de 1,8 milliard de dollars, sur le fond, le projet est prévu créer 100 000 emplois, une aubaine par les temps qui courent. D’autant que 2014 n’est pas si loin que ça pour les premières extractions prévues de fer concentré : : 600 millions de dollars d’IBS et 280 millions de dollars de redevances par an escomptés, c’est une bénédiction!

     
c
créer un nouvel article
j
message/commentaire suivant
k
message/commentaire précédent
r
Réponse
e
Modifier
o
afficher/masquer les commentaires
t
remonter
l
connexion
h
afficher/masquer l'aide
shift + esc
Annuler