Tourne, tourne petit moulin… 23MARS 2010

Il ne se passe pas un jour sans que l’un des journaux de la place ne relate les déboires des employés de différentes entreprises, contraints aux chômages, et surpris par les entourloupes des employeurs. Les règlements des droits divers se retrouvent au centre des litiges en général. Les calvaires des ex-salariés des entreprises ayant mis les clés sous la porte se suivent et se ressemblent à quelques différences près. Malgré les volontés des ex-employés de ces entreprises ayant pris les clés des champs, force est de constater que ces efforts resteront vaines et ne pourront nullement parer au plus pressé dans leurs foyers respectifs, car ce qui leurs font cruellement défaut ne sont rien d’autres que les emplois générateurs de revenus.

Un peu comme de l’ironie, l’arrivée du câble de TELMA fait naitre des rêves et souhaits qui sont loin d’être réalisables à court terme : que l’installation des NTIC découlant de cette connexion TELMA puisse générer des débouchées en terme d’emploi. On essaye de tabler sur les emplois s’appuyant sur l’internet et que bon nombre de pays se sont déjà empressé d’exploiter depuis bien longtemps. Il est bien beau d’énumérer les métiers mirobolants qui se font à travers l’internet, reste à se mettre vraiment à niveau pour être concurrentiel, car avec la mondialisation, il ne suffit plus d’avoir de belles idées, encore faut-il être capable de battre les concurrents car il ya bien concurrence dans ce secteur. Les pays du Maghreb se sont déjà fait une place confortable dans l’univers francophone, les centres d’appels foisonnent chez eux, ici également les centres d’appel essayent tant bien que mal de se faire une place au soleil mais buttent généralement sur le niveau linguistique moindre, un sérieux handicap pour ce genre de travail.

On peut rester perplexe en pensant à ces employés débauchés qui vont devoir se reconvertir, d’un travail généralement manuel, ils auront à migrer vers un autre qui utilisera beaucoup plus de méninges. Sur que cela ne se fera pas en un quart de tour ! Mais d’ici là, il faut que le moulin tourne et malheureusement l’eau risque de faire défaut, par les temps qui courent, vu la crise persistante qui n’est pas près de se résorber, loin s’en faut.

Publicités