Le filon…l’or, on y croit dur comme…fer 04 JUIN 2010

la decouverte d’un filon d’or a toujours attiré les orpailleurs, qu’ils soient amateurs ou professionnels, à travers le monde, les histoires de ruées vers l’or ont été et seront à graver dans l’histoire de toute localité qui devoilera son précieux trésor. Ainsi, des villes peuvent sortir de terre en un rien de temps pour disparaitre une fois le filon tari. La commune de Firavahana, district de Fenoarivo ne pourra pas échapper au déferlement d’orpailleurs venu des quatre coins de l’ile pour se tailler chacun leur part. Les obsevateurs ont d’ailleurs remarqués que la population de la localité a plus que triplée en l’espace de quelques mois. Pareil phénomène s’est déjà produit du côté du fameux Ilakaka et ses exploitations de saphir avec les turpitudes des exploitants et autres négociants que l’on sait.
Là au moins, ce n’est pas bien loin de la capitale pour que les services concernés puissent imposer une structure rationnelle du genre comptoir de l’or pour comptabiliser et receuillir les redevances et autres ristournes légitimement dues à la commune et au district. A l’image des rentrées d’argents futures pour la localité de Solala et des régions où seront fait l’exploitation du fer, autant proceder de même pour le développement effectif de la région aurifère en question.
d’ailleurs, hasard du calendrier ou opportunisme de la Banque Mondiale, ce dernier organise une séance de dialogue sur le développement du secteur minier, un peu dans l’ésprit de se rattraper peut-être, car les futures projets miniers à Madagascar se feront sans eux jusqu’ à preuve du contraire. D’ailleurs, la revision de la loi des finances 2010 n’est pas pour rassurer les milieux traditionnels de financement, vu que les règles d’élaboration de cette loi leurs échappent totalement.
En tout cas, cahin cahan, l’organisation du dialogue national fait son chemin, l’objectif de 1000 participants n’est pas bien loin avec l’implication de différentes organisations de la société civile ainsi que des militaires avec leurs différentes propositions. Les dialogues inter régionaux sont d’ailleurs mis sur les rails initiés par un culte religieux à l’EKAR Ambatonilita, Exit donc le CSR-AN
qui a été abrogé le 21 mai par le gouvernement de la HAT.

Publicités